Sébastien est un digital nomad qui a fait le choix d’aller vivre à Séville pendant quelque temps afin de perfectionner son espagnol et profiter de la météo accueillante de la région. Il donne son ressenti sur la ville ainsi que ses bons plans dans l’interview de la semaine.

Vivre à Séville

La vue depuis les berges de Séville. Les balades y sont agréables en rafraichissantes en été

Bonjour, peux-tu te présenter  ?

Sébastien, 35 ans, je voyage depuis tout petit avec mes parents et du coup j’ai toujours voulu cette liberté pour mon boulot aussi. Avec l’arrivée d’Internet juste à la fin de mes études (en 2002), j’ai pu voir qu’on peut gagner de l’argent tout en bossant de n’importe où dans le monde. Donc je me suis mis à fond là dedans. Et depuis 2011, j’essaie de faire coïncider mes voyages avec ma vie professionnelle.

Je fais du coup partie d’une association internationale (JCI) qui forme les jeunes de -40ans à prendre des responsabilités en créant des projets qui amènent des changements positifs dans leur communauté. Par exemple, le tri du verre est une initiative JCI en France. Et comme c’est une association mondiale, il y en a dans presque toutes les villes du monde. Ça permet de rencontrer des locaux assez facilement en voyage.

Pourquoi es-tu parti en Espagne ? Et pourquoi as-tu choisi Séville?

L’Espagne parce que je ne parlais pas du tout espagnol (à part « cerveza », « tortilla » et « te quiero »). Et dans mon travail, ça peut être important, notamment avec tous les marchés d’Amérique du Sud. Et comme c’est un continent qui m’attire, le boulot rejoint le perso.

J’ai bossé quelque temps avec un ami français, mais d’origine espagnole qui s’est installé à Séville il y a une dizaine d’années. Du coup c’était plus simple de venir ici pour découvrir la ville et les environs en y habitant. En plus il m’a trouvé un logement proche du centre et pas cher, donc c’est vraiment un avantage.

Comme je ne connaissais personne en arrivant et ne parlait pas la langue, avoir un ami sur place m’a beaucoup aidé. Il m’a trouvé des cours d’espagnol pas chers (12€ de l’heure) et fait rencontrer beaucoup de monde.

En plus, il fait bon vivre à Séville et il ne pleut jamais ici. Du coup les gens sont agréables à vivre, car ils font le plein de vitamine D tous les jours.

La ville de Séville vous intéresse ? Alors allez aussi voir mes articles Itinéraire d’une journée à Séville et Où dormir à Séville ?

Est-ce qu’il y avait des préparatifs particuliers à faire?

Ils vendent de la crème solaire ici (et de l’huile de coco) et c’est tout ce dont on a besoin ici. Il y fait toujours beau (3 jours de pluie en 3 mois) et surtout chaud.

Pour l’appartement comme indiqué au-dessus, c’est mon pote qui m’en a trouvé un. Mais on peut le chercher sur le net assez facilement avec www.idealista.com. Après c’est compliqué de choisir un appartement sans le voir, mais mon pote visitait les chambres pour moi. Une aide précieuse donc.

Après rien de très particulier, pas de visa (merci l’Europe), pas de vaccin, juste s’ouvrir l’esprit en arrivant.

Le palais d'alcazar à Séville, l'un des plus beaux du monde

As-tu vécu un choc culturel important ?

Au début un peu oui. La vie espagnole est plus tardive que la nôtre (française). Pour faire simple, tout est décalé de 2h. Au lieu de manger à midi, on mange à 14h, pareil pour le soir (22h au lieu de 20h).

C’est aussi plus facile et sincère de nouer des contacts avec des gens. Tout le monde ne te dit pas que tu es extraordinaire tout le temps, comme dans les pays anglo-saxons. Du coup, quand ils le disent, ça a vraiment du sens.

Après le choc ça a surtout été la barrière de la langue. Même si elle s’est un peu effacée avec le temps, au début c’était vraiment compliqué. Ils parlent peu l’anglais, mais ça aide quand même vachement de parler leur langue (comme en France). Du coup, j’utilisais beaucoup Google Translate ou Reverso (plus précise).

Qu’est-ce qui te plait le plus dans ta nouvelle vie ?

La liberté que me procure ce style de vie. Je peux vivre où je veux (pratiquement), quand je veux, le temps que je veux… C’est à la fois une chance et une succession de choix.

Par exemple, je vais aller voir des amis russes au mois de septembre à Moscou, d’autres amis (islandais, finlandais et allemands) à Francfort, passer une semaine à Amsterdam en novembre, etc.

Du coup je change d’horizon assez régulièrement et ça me plaît vraiment beaucoup.

vivre à seville

À l’inverse, qu’est-ce que tu n’apprécies pas trop ?

La distance avec mes proches. Au début ils avaient du mal à comprendre. Maintenant ils se sont faits à l’idée et surtout ils l’acceptent mieux. Ils viennent me voir quand je pars longtemps. Ils comprennent de mieux en mieux. Enfin ils me demandent encore ‘quand est-ce que tu vas te poser?’.

Ce qui peut être à la fois difficile et excitant quand tu changes d’endroit, c’est que tu dois recommencer à construire un cercle social autour de toi. Difficile parce qu’il faut faire l’effort d’aller vers les autres, mais excitant parce que tu te lances complètement dans l’inconnu.

Vous vivez aussi à l’étranger et vous aimeriez partager votre expérience auprès de la grande communauté de Votre Tour du Monde ? C’est simple, envoyez-moi un petit mail 🙂 

Il y a-t-il eu des difficultés d’adaptation dans ta nouvelle vie ?

De mon coté pas trop. Enfin quand je suis arrivé en Espagne je savais dire cerveza et tortilla de patata et maintenant je parle mieux. Mais j’ai encore besoin d’apprendre. La barrière de la langue était difficile au départ, car ça te coupe toute interaction sociale. Mais du coup, tu apprends vite parce que tu es obligé.

Comme je dis plus haut, c’est surtout avec les proches que c’était difficile au départ.

Bon après y’a toute la paperasserie administrative à faire aussi, s’assurer qu’on peut relever ton courrier, que tu peux payer par virement, les relations avec l’URSSAF, le RSI, etc. Mais ça s’améliore de jour en jour.

Tu as longuement habité en France… Alors, tu préfères vivre à Séville ou notre cher pays?

Les deux sont différents. Ils ont leurs bons côtés et des côtés moins sympas. Par exemple, étant de Lyon, j’adore la montagne. Et on peut y aller facilement, même si on a pas de voiture. Ici, c’est plus compliqué de se balader sans voiture, les transports en commun ne sont pas autant développés.

À Lyon par exemple, on peut trouver des cars qui t’emmènent en montagne. Ici il n’y en a pas. Il existe bien des cars pour aller à la plage (Huelva ou Cadiz), mais c’est assez limité, un seul aller-retour par jour. Et se taper 3h ou 4h de, car pour aller 2h à la plage, ça ne fait pas rêver…

Comment est le marché du travail là-bas ?

Moi je travaille sur ma boite en France depuis l’endroit où je réside. Donc je ne regarde pas trop le marché du travail. Par contre en Espagne c’est un peu la catastrophe visiblement, beaucoup de gens cumulent des petits boulots à temps partiels et bossent vraiment beaucoup pour un salaire de misère. Il me semble que le SMIC est à 850 € ici. On est loin des 1100€ français. Mais du coup, tu ne peux pas vivre avec un seul boulot à temps partiel. Tu es obligé de cumuler. Et forcément, ça fatigue. Mais ils sont très débrouillards et trouvent toujours de quoi vivre.

Après ils ne sont pas carriéristes, enfin la plupart de ceux que j’ai rencontrés. Ils ont une vision de la vie différente : ils ne vivent pas pour travailler, mais ils travaillent pour vivre. Et ce sentiment-là me correspond plus.

Et le coût de la vie à Séville est-il très important ?

Non le loyer est moins cher qu’en France, le restaurant aussi et le bar à tapas encore moins!

Par exemple, pour une suite je payais 325€ par mois. À Lyon pour la même chambre+salle de bains située proche du centre, je paierais au moins 500€ chaque mois.

Pour le bar à tapas ici tu as plusieurs tailles de tapas : la tapa, la racion et el plato. La racion correspond à un plat et le plato comme son nom l’indique est un plat pour 2 ou 3, à partager. À noter que la tapa est plus garnie ici qu’en France et souvent à moins de 4 € alors qu’en France tu n’en trouves pas à ces prix-là.

En prenant 2 tapas à 3€+1demi de cruz campo (la bière locale) tu manges pour moins de 8€ et tu n’as plus faim. Oui la « cervezita » ou « caña » (petite bière ou demi) oscille en 0,8€ et 1,5€….

Pour le restaurant, c’est bien souvent des bars à tapas dans lesquels ils fusionnent des recettes de pays différents. Par exemple fusion espagnol-japonais ça donne le sushi au jambon cru. Un peu bizarre au départ, c’est finalement très bon.

vivre à seville

Concrètement, combien faut-il gagner pour avoir un bon confort de vie à Séville ?

Je pense que tu peux vivre assez facilement avec un SMIC français (1200€) et si tu as 2000€ /mois c’est encore plus simple. Il me semble que le SMIC est à 800-850€ ici.

Les températures ne sont pas trop extrêmes en été?

Si ! Il fait régulièrement 45°C en plein milieu de l’après-midi. D’où la sieste 😉

En plus avec la chaleur, souvent on mange moins, plus de fruits aussi, du coup, on ne voit pas trop de personnes obèses.

Par contre il ne fait pas vraiment froid l’hiver. Mais comme les maisons sont mal isolées, on ressent bien le froid. Enfin le froid, les températures ne descendent jamais en dessous de 0 ici.

Et les Espagnols, qu’en penses-tu?

Ils sont très chaleureux et accueillants. Après ils n’ont pas le même rythme de vie et font un peu de bruit parfois à 2h ou 3h du matin. Faut juste leur dire et ils te respecteront.

Tu peux aussi t’adapter en prenant leur rythme de vie. Mais le retour sera un peu plus difficile. Du coup j’ai adopté un rythme entre les deux.

Par contre, les rencontres ne se font pas trop dans les bars (enfin sauf les bars de nuit qui sont un peu comme de boites). Mais on peut utiliser Tinder pour faire des rencontres facilement ou meetup. Sur cette dernière application, on trouve énormément d’évènements, un peu comme OVS (OnVaSortir) : des échanges linguistiques, des séances de yoga dans le parc, des événements business, etc.

Après il suffit de se balader et de voir ce qu’annoncent les bars. Beaucoup font des soirées linguistiques échange français-espagnol, anglais-espagnol, etc.

Penses-tu rester longtemps en Espagne ?

Ils font partie de Schengen, pas besoin de Visa ou de titre de séjour. Du coup on peut rester le temps qu’on veut ici, sans aucun problème.

À Séville ils ont un consulat français, car c’est la capitale de l’Andalousie. L’état espagnol est très fédéral. Du coup c’est facile de faire n’importe quelle demande auprès de l’État français. J’ai pu faire ma procuration pour les présidentielles et les législatives par exemple, donc oui je pense rester un moment ici pour continuer à apprendre l’espagnol et me familiariser encore plus avec ce pays.

Et puis j’ai trouvé un coworking super sympa où les personnes m’ont beaucoup aidé à parler. Je l’ai simplement trouvé sur le net en tapant « coworking sevilla ». C’est les premiers à m’avoir répondu. Ils ont une offre à 100€/mois (environ 2 fois moins cher qu’en France) pour les 3 premiers mois. Après ça passe à 125€, voici le site si ça vous intéresse : workin’ company .

Quelle anecdote t’a le plus marquée pendant ton séjour à Séville?

Difficile d’en sortir une seule…

Croiser des mamies à 4h du matin, c’est vraiment différent de la France où les personnes âgées ne sortent pas de chez elles après 20h (voir 18h).

Voir des spectacles de flamenco improvisés en pleine rue où les gitanes dansent sur une planche en bois d’à peine un mètre carré. Leurs mecs (ou leurs frères) jouent de la guitare à côté et ils reçoivent un peu d’argent des touristes qui regardent.

Un match de foot au stade Ramon Sanchez Pizjuan (FC Séville) où les familles viennent. C’est vraiment un truc qui se transmet de génération en génération. Beaucoup plus de femmes au stade, mais pas de toiture pour les gradins, il ne pleut jamais.

Un dernier mot, un dernier conseil?

Gardez l’esprit ouvert, curieux, adaptez-vous et surtout faites tout pour vivre vos rêves.

Il y a cette citation d’Oscar Wilde que j’aime bien : « Il faut toujours viser la lune, car même en cas d’échec, on atterrit dans les étoiles »

Merci à Sébastien pour son témoignage. Comme d’habitude, si vous vous posez plus de questions sur la ville, laissez les en commentaire 🙂

Vivre à Séville: l’exemple de Sébastien
4.4 (88%) 15 votes

Inscrivez vous à La Newsletter

Recevez toute l'actualité de Votre Tour Du Monde directement dans votre boite mail

Vous êtes bien inscrit :)

Quelque chose n’allait pas.

Send this to a friend