Projet « Into the Wild »

Partez à la découverte de l’Alaska et du Canada grâce au projet de Lucas !

Qui n’a pas rêvé de suivre les traces de Christopher McCandless et de tout quitter pour partir à l’aventure ? Voyageur ou non, ce film en a fait rêver plus d’un de par ces somptueux paysages, son message de liberté mais aussi par sa bande son désormais mythique. Pour rafraichir les mémoires, Into the Wild, c’est l’histoire vraie d’un jeune garçon à peine diplômé qui décide de vivre à contre courant et finit par quitter sa vie pour se perdre et, paradoxalement, se retrouver.

Il y a quelques semaines, j’ai fait la rencontre de Lucas, un jeune homme plein de vie qui pétille de curiosité et de découverte. Il a tout de suite su me séduire par son histoire et son ambition et aujourd’hui, il nous la raconte.

Mais qui est Lucas ?

Lucas a 22 ans, il vient d’Avignon et a un projet fou : partir sur les traces de Christopher McCandless. Ce jeune homme n’a pas toujours eu la passion du voyage, il était – comme il le dit – un garçon ordinaire, mais récemment il a décidé de voir plus grand. Il a eu ce déclic, ce réveil brutal mais finalement agréable, pris conscience que la vie était courte et que ses rêves, c’était maintenant qu’il fallait les vivre

Je veux vivre mes rêves et me laisser porter par la vie.

Le Canada et l’Alaska sont des pays qui l’ont toujours attiré plus que les autres, des pays sauvages aux paysages extraordinaires, et c’est pour cela qu’il a décidé d’en faire sa première destination, même si celle-ci n’est pas de tout repos. En effet, il prépare un trek de 1500km de Whitehorse au Canada jusqu’à Fairbanks en Alaska, en passant par le célèbre bus du film « Into the wild », film qu’il affectionne tout particulièrement pour l’idée qu’il dégage.

into-the-wild-sean-penn-axel-scoffiera

Je recherche ce sentiment de liberté, sortir de la société et exister en tant qu’humain et non en tant que « machine », vivre tout simplement. Ce voyage est un rêve.

Un rêve qui est de même dangereux, qui nécessite des sacrifices, énormément de motivation, de la préparation, autant physique que morale, et surtout beaucoup d’organisation.

Beaucoup de gens ont voulu venir avec moi, et quand je leur explique ne serait-ce que 10% du réel projet, ils partent en courant. D’autres, plus expérimentés, m’ont pris pour un rigolo en pensant que je partirai sans réelle préparation, aujourd’hui ils m’encouragent à poursuivre ce projet.

Curieuse de cette aventure, j’ai donc décidé d’aller à sa rencontre. Au début assez dubitative, je ressors de ce récit joyeuse. Ce qui me paraissait suicidaire me paraît aujourd’hui courageux. Voici notre échange.

On connaît tous Christopher McCandless, tristement célèbre pour son merveilleux voyage et sa leçon de vie, mais en voyant ce qui lui est arrivé, cela ne te fait pas peur ?

Christopher était un grand homme que j’admire énormément, mais il n’était pas organisé. Il marchait sans savoir ou il allait, vivait au jour le jour à la recherche du bonheur, il n’avait que très peu d’équipement et il est décédé par manque d’informations et d’organisation. Ce ne sera pas mon cas, je pars bien équipé, bien informé, avec une bonne condition physique et mentale, j’ai un itinéraire à suivre et tout est plus ou moins calculé, pour ma propre sécurité. La probabilité de me retrouver dans la même situation que Christopher est très faible, mais je reste conscient que le risque zéro n’existe pas, il y a toujours un pourcentage que je tombe, ou que je me fasse attaquer par un ours, un loup, un puma, etc.

Il y a toujours une part de risque dans chaque aventure, mais bizarrement cela me motive encore plus.

Christopher disait lui-même que le bonheur n’est réel que lorsqu’il est partagé. Comment appréhendes-tu la solitude et l’isolement ?

A la différence de Christopher, je sais quand je vais revenir. Je n’ai pas peur de la solitude ou de l’isolement, mais il est vrai que c’est la première fois où je me retrouverai totalement seul. Je suis d’ailleurs actuellement à la recherche de personnes ayant les mêmes ambitions pour partager ce rêve avec moi.

intohappya

Un voyage suscite de nombreux imprévus, ne crains-tu pas de manquer d’expérience ?

Il est vrai que je manque d’expérience, je ne peux pas dire le contraire, mais tout le monde à un jour commencé par quelque chose, même si pour moi ce « quelque chose » est assez gros pour un début. L’expérience ne fait quand même pas tout, la préparation joue un rôle essentiel, et pour le coup, je serai bien préparé !

Je compte aussi, avant de partir, aller dans les Alpes ou les Pyrénées quelques jours, ou semaines, pour me mettre en conditions réelles : tester mon endurance, mon matériel, allumer un feu, me mettre volontairement en situation de survie, imaginer les pires scénarios et voir les choix qui s’offrent à moi.

into-the-wild-into-the-wild-09-01-2008-21-09-2007-20-ga

Et quel budget as-tu prévu pour cette expédition ?

Pour le budget je prévois entre 1000 et 1200€ de billets d’avions aller/retour. Pour le matériel j’en aurai pour 1500€. Je précise que je pars de rien et que j’ai donc tout à acheter. Je prends aussi du matériel de très bonne qualité. Pour finir, je compte emporter avec moi environs 300$ pour acheter les entrées aux parcs nationaux, les rations de nourriture, des souvenirs, etc. Et aussi pour tous les imprévus que je rencontrerai.

Quelle est ta plus grosse appréhension pour ce voyage ?

La seule chose que j’appréhende aujourd’hui c’est de rencontrer un ours pour la première fois et que cela se passe mal. Même si les chances sont vraiment minimes, il faut savoir que les ours bruns et noirs sont au sommet de la chaîne alimentaire, ils pèsent en moyenne 300kg et peuvent courir jusqu’à 50 voir 60kmh. Dans tous les cas, je saurai comment réagir, mais ce n’est que de la théorie. La pratique, je ne pourrai l’avoir qu’une fois sur place. Quoi qu’il en soit, cela ne me décourage pas dans mon projet. Et puis une aventure sans risque ça n’existe pas, sinon on appelle ça des vacances.

Qu’attends-tu de ce voyage ?

Ce projet représente énormément pour moi, c’est une vision des choses, un avenir que je me construis, et même avant que celui-ci ait eu lieu, je me sens déjà différent, je me sens mieux, je me sens vivant. J’ai envie de m’ouvrir au monde, de faire le bien partout où je passerai. Ça n’a pas toujours été le cas. Je ne cherche pas à m’évader ou a fuir quoi que ce soit, mis à part sortir quelques temps des sentiers battus. Nous n’avons qu’une seule vie, arrêtons de porter un masque et de vivre dans l’illusion. Nous existons, mais est-ce que nous vivons ? J’ai envie de mettre les voiles et de vivre, de rêver, d’explorer et de découvrir car « le plus important dans la vie ce n’est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d’être ». C’est pourquoi je me sens poussé par ce projet, comme si une voix dans ma tête me disait de le faire, et d’en faire d’autres après, et ainsi de suite. J’attends de ce voyage une prise de conscience, de maturité et un respect par rapport a tout ce qui nous entoure et que nous ne voyons pas forcément. Je ne cherche pas à voir quelque chose en particulier, juste profiter de l’instant et de la beauté du monde.

into-the-wild-25

Je sors de cette rencontre émue et pleine de courage, je pense que l’on a tous envie de se lancer mais qu’énormément de choses nous retiennent. Et si nous les oublions l’espace d’un instant, si nous vivions pleinement sans penser à quoi demain sera fait ?

Si vous voulez suivre le parcours de Lucas et en savoir plus son projet, voire même si vous êtes intéressé par celui-ci, je vous invite à aller voir sa page Facebook !

N’hésitez pas à construire vos propres projets en consultant notre blog voyage 🙂

 

  1. Lol, se lancer dan un trek de 1500km sans expérience et » aller dans les Alpes ou les Pyrénées quelques jours, ou semaines, pour me mettre en conditions réelles : tester mon endurance, mon matériel, allumer un feu, me mettre volontairement en situation de survie, imaginer les pires scénarios et voir les choix qui s’offrent à moi. »

    Hum, j’ai des projets de longs treks à pieds et en solitaire mais il faut y aller progressivement et pour une telle distance, avoir de l’expérience avant sur des treks d’une centaine de km min…

  2. Piotr> l’audace de la jeunesse est capable d’en étonner pus d’un ! Cela ne m’étonnerait pas que son manque d’expérience lui donne des ailes, justement !

  3. Merci à vous (:

    Le magic bus fait parti d’une longue liste de choses que je souhaite voir dans ma vie, et je le considère comme l’étape la plus importante de mon voyage, mais ce n’est pas le but du projet.
    Je cherche vraiment a être au plus près de la nature, m’évader de la société, découvrir un autre monde, vivre des expériences uniques et magiques. J’espère en revenir changé.

    Piotr c’est vrai que je n’ai pas d’expérience, mais après de longues réflexions je vais plutôt faire du stop sur au moins un tiers du trajet, car je pense tout simplement que les plus belles choses à voir ne sont pas le long d’une autoroute mais bien sur les sentiers et dans les parcs nationaux. (:

  4. Salut Lucas!

    Tout d’abord félicitation , super projet !
    est-ce que tu aurais une page fb ou un site avec lequel on aurait plus d’info sur celui-ci ?
    Bon courage a toi !

  5. Génial ce projet! Je trouve ça fantastique. Ca me donne envie de lâcher pas mal de choses, de vivre une expérience semblable et de devenir écrivain. Je crains seulement de ne pas trouver le courage plus que l’argent.
    En tout cas bon courage à toi!
    Je suivrais l’aventure 😉

  6. Bonsoir,

    Je sais que cet article date un peu mais j’aimerai connaître le « end » de ce voyage, s’il a bien eu lieu, comment il s’est passé, comment tu en es ressorti….
    J’ai 31 ans et j’ai depuis quelques mois le souhait et la volonté de faire ce trek. Je commence comme toi de zéro. Alors je serai preneuse de toutes infos !!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.