Vivre à Porto : L’exemple d’Alexia

Je continue ma série d’interviews de lecteurs, et je vous emmène aujourd’hui à la rencontre d’Alexia, qui a eu l’opportunité de partir vivre à Porto quelques mois. Vous vivez aussi à l’étranger et vous aimeriez partager votre expérience auprès de la grosse communauté de Votre Tour du Monde ? C’est simple, envoyez-moi un petit mail!

Vivre à Porto

Bonjour Alexia, peux-tu te présenter?

Je m’appelle Alexia, 20 ans et je suis d’origine de la région Auvergne. Depuis le lycée, je voyage au moins une fois par an parce que je suis tombée amoureuse de la découverte d’un pays tout simplement. J’ai donc pu faire Berlin, Venise, Londres, Barcelone et Porto. En ce moment, je fais mes études dans le digital à Lyon. Par la suite, j’aimerai travailler à l’étranger, peut être sous un contrat V.I.E. Côté passion, j’ai appris la photographie en autodidacte.

Pourquoi Porto ? Pourquoi un Erasmus ?

Dans le cadre de mes études, je devais réaliser un stage de 3 mois. Un de mes professeurs nous proposait différentes destinations dont la Malaisie ou les USA. Par rapport à l’intitulé du stage et mon budget, Porto fut LA destination que je souhaitais. Jamais je n’étais partie en tant qu’étudiant Erasmus mais j’avais eu beaucoup d’avis positifs qui m’ont poussée à découvrir ce que je n’avais jamais vécu. Il faut avoir un minimum de courage pour partir seule mais on ne l’est jamais très longtemps lorsqu’on arrive sur place.

Y’a t-il une différence culturelle par rapport en France ?

Complètement. Côté surprise, j’ai pu la remarquer lors des soirées où personne ne jette son verre dans les poubelles mais par terre. Chaque soir, c’est comme si un festival avait eu lieu dans les rues de Porto. A partir de 4-5h du matin, on trouve des marchands qui vous vendent des sandwichs. Pour un pays en crise, les Portugais sont très agréables et avenants. L’architecture de Porto est quelque chose de vraiment à part car rares sont les bâtiments modernes dans le centre de la ville. Je suis tombée amoureuse des azulejos (le carrelage avec des motifs en forme de carrés)et de leurs monuments comme le Ponte Dom Luiz I.

Qu’est-ce qui t’a le plus plu dans cette expérience ?

Les amis que j’ai rencontré là-bas. Ils étaient aussi étudiants Erasmus et nous étions comme une famille. On se faisait à dîner ensemble, on sortait ensemble, on fêtait les anniversaires de chacun ainsi que les départs en fin de semestre. Même si aujourd’hui, ils sont au Brésil ou dans les pays voisins, notre groupe est resté intact. Côté découverte, l’architecture globale de Porto et de ses villes voisines était une vraie merveille.

porto-vivre-a

A l’inverse, qu’est-ce que tu n’as pas trop aimé ?

C’est difficile à croire mais j’ai tout aimé durant ces 3 mois. J’ai consommé l’expérience ERASMUS du début jusqu’à la fin, à fond. La seule chose qui est regrettable est qu’il y avait un étudiant de ma classe qui était parti avec moi. On était ami mais cette expérience nous a séparé car il ne voulait jamais sortir et rencontrer les autres. Cette différence nous a contraint à avoir quelques différents et au final, je n’étais quasiment plus avec lui.

Il y a-t-il eu des difficultés d’adaptation les premières semaines ?

Un collègue portugais m’avait accueillie à mon arrivée à l’aéroport et m’avait montré les lieux à visiter sur une carte. Il était là en cas de besoin donc j’étais rassurée. Lorsque je suis arrivée à la Résidence Etudiante où logeaient une partie des étudiants portugais et d’autres ERASMUS, c’était l’appréhension de parler anglais. Mais au bout de quelques heures, cette appréhension est vite oubliée. Le meilleur moyen est de parler. D’ailleurs, j’ai commencé à comprendre le portugais lorsque mes amis brésiliens se parlaient.

Tu préfères Lyon ou Porto ?

Même si Porto est différent maintenant que tout le monde est rentré chez lui, Porto l’emporte. L’architecture, la beauté du paysage, le climat, les 5 centres commerciaux et les divers endroits pour passer du temps entre amis sont des atouts. Il fait bon d’y vivre et c’est une des villes les plus sécurisées. Quand je rentrais de soirée à 5h ou 7h du matin, j’étais très sereine contrairement à Lyon.

Le coût de la vie étudiante ?

Tout a commencé par le logement. Mes parents n’ont pas voulu me croire quand je leur ai dit que le loyer était de 144 euros. J’avais un « risque » d’avoir une colocataire (mais celle-ci n’est venue que pour mon dernier mois à Porto) mais c’était très décent. On avait une cuisine commune et on se partageait les accessoires de cuisine ainsi que la nourriture. Je me rappelle d’avoir fait des courses pour 30 euros et d’avoir tenu plus d’un mois. C’était des plats étudiants mais je ne mourais pas de faim. J’allais tous les jours à la salle de sport pour un total de de 70 euros. Aller au restaurant est très accessible. En fait, les coûts sont réduits facilement par 2 à Porto.

porto-vivre

A Porto, ça bouge ?

A partir d’avril, ça bouge tous les soirs. Ca commence avec les Queimas das Fitas, pendant une semaine, les étudiants ne travaillent pas et font la fête l’après-midi et toute la nuit. Le soir, il y a des concerts avec de vrais artistes. J’ai eu la chance de voir James Arthur pour seulement 8,50€ !! Pour ouvrir cette semaine traditionnelle, il y a le concert des étudiants le dimanche soir et le cortège le lundi après-midi qui bloque tout le centre-ville de Porto. C’est la tradition des étudiants saluée par le Maire. Ensuite, il y a des festivals qui se suivent comme celui de Serralves, Nos Primavera Sound, la San Joao. De plus, étant étudiant Erasmus, la boîte de nuit Le Boulevard organise des soirées à thèmes très souvent. L’entrée est gratuite si vous avez l’ESN Card !

Quand conseilles-tu de s’y rendre pour un séjour ?

Fin juin, pour la clôture de la San Joao qui est LA fête de Porto. Celle-ci se déroule durant un mois mais elle est clôturée par un immense feu d’artifice, des Portugais qui se promènent dans les rues en se tapant la tête avec un marteau en plastique et qui envoient des lampions dans le ciel. Je n’ai pas pu vivre cette fête car je suis rentrée le 21 juin mais une chose est sûre, c’est que je reviendrais exprès là-bas pour la vivre. Sinon, venir en mars est une bonne période pour se balader avec des températures douces. Pour plus d’informations, je tiens un petit blog où je donne mes conseils pour un séjour dans plusieurs villes d’Europe dont Porto.

J’espère que vous serez tentés par l’expérience Erasmus mais aussi par Porto qui dépassera bientôt Lisbonne dans le classement des villes étudiantes portugaises. On dit qu’une année Erasmus est une vie dans une vie. Je reconnais que cette citation s’avère vraie car ce n’est pas seulement d’autres cultures que vous découvrez mais la notion de partage, d’humain et de vie.

Merci Alexia pour ton partage d’expérience sur ta vie à Porto. Des questions ? N’hésitez pas, les commentaires sous l’article sont faits pour ça 🙂

Fondateur du blog
  1. Ping : À Propos |
  2. Oi Alexia ! Je ne suis pas sûre de comprendre ce que tu veux dire par « Porto qui dépassera bientôt Lisbonne dans le classement des villes étudiantes portugaises » ? Quels critères ?
    Ton article me ramène bien loin en arrière… j’ai également été en Erasmus au Portugal pendant 3 mois pendant mon cursus (Coimbra), qui est pour le coup la ville la plus étudiante du Portugal. Moi aussi, j avais ma petite famille de brésiliens sur place, tellement avenants (et tellement plus faciles à comprendre que les portugais aussi, ça aide pour démarrer dans cette langue!). 9 ans plus tard, j’ai multiplié les expériences à l’étranger, j’ai vécu dans plusieurs pays, dont le Portugal de nouveau. Avec le recul, c’est évident : c’est cette expérience Erasmus qui a été le commencement de tout ça. Je me souviens avoir vécu une sacrée déprime au retour en France, qui n’a été apaisée que le jour où j’ai enfin pu repartir vivre l’expérience internationale aux 4 coins du monde…

    Je te souhaite beaucoup de bonheur. (PS : ne sois pas offusquée si tu as le sentiment que tes relations avec les amis brésiliens s’essoufflent super vite ; ce n’est pas qu’ils ne pensent plus à toi, ils sont juste comme ça, et seront toujours ravis de te revoir à la moindre occasion comme s’il n’y avait jamais eu aucune séparation ; je me permets d’en parler car je connais les brésiliens de très très près, pour avoir vécu au Brésil notamment 😉 )

    Au plaisir de lire tes prochains périples…

  3. Super article, il est rare d’avoir des retours concernant Porto. Nous avons passé 1 semaine avec mon copain à Porto au mois de Novembre. 1 semaine de pluie avec une journée de plein été, assez étrange comme sensation ^^ Ce qui nous a marqué a Porto c’est la gentillesse des locaux qui n’hésitent pas a vous venir en aide dans toutes les situations, et ils y mettent du coeur =) La ville de Porto est extrêmement complète, il y en a pour tous les goûts et le bord du Douro est exceptionnel. Et puis, Porto c’est également une gastronomie a couper le souffle. nous y avons mangé les meilleures pizzas de notre vie (oui oui a Porto) et nous avons découvert le poulpe, un vrai délice lorsqu’il est bien cuisiné… Je pourrais en parler pendant des heures. Porto est une ville surprenante, et j’invite tout le monde a découvrir cette destination peu honereuse pleine de surprises…

  4. Hummmmm cet article ma carement rassuré je suis un camerounais et j’y serai pour lz suite de mes etudes …

    Merçi encore

  5. Bonjour Alexia, c’est super votre expérience! Il y a beaucoup de chose qui m’ intéressent: l’ architecture de Porto, le coût de la vie, et l’ adaptation. Comme vouz decrivez Porto, j’ imagine beaucoup de bâtiment qui ont des decorations très rustiques. Je suis d’ accord avec toi que c’ est plus facile de s’ adapter quand tu peux parler la lague et aussi c’est incroyable le coût por vivre dans cette ville.

  6. Salut Alexia
    Ce sont très bons tes conseils, parce que’ une chose importante c’est le coût de la vie d’ étudiant (144 euros) et aussi le temps d’adaptation à la ville. Autre aspect qui m’ interese, c’est l’architecture de Porto qui est moderne dans le centre de la ville.

  7. Merci pour vos commentaires ! 🙂

    Je suis ravie que mon article ait pu rassurer certains. Ça fait plaisir de voir d’autres amoureux de cette ville.

    Jenny, effectivement, j’ai totalement oublié Coimbra. Après ma source vient d’un chercheur à l’Université de Porto. Il semblerait que de plus en plus d’étudiants viennent sur Porto alors qu’il n’y a pas une telle progression du côté de Lisbonne.

    1 an et demi après, Porto me manque vraiment. Je pense retourner là-bas le temps d’un weekend prolongé !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.