Découvrir la Patagonie : Le parc national Torres del Paine

  Cet article a été écrit par Coraline  ! Une voyageuse de la communauté Votre Tour du Monde. Merci à elle pour sa contribution 🙂

Partagée entre le Chili et l’Argentine, la Patagonie est l’une des régions les moins peuplées du monde. Son climat austral et ses paysages à couper le souffle en font un lieu mythique où la nature est préservée, notamment grâce aux nombreux parcs nationaux. Parmi ces parcs, le célèbre Torres del Paine, situé dans la région de Magallanes et de l’Antarctique chilien. Ce parc classé réserve de biosphère par l’UNESCO est souvent considéré comme la huitième merveille du monde. C’est là que j’ai décidé de partir seule, afin de découvrir la Patagonie en réalisant le trek W en autonomie. Au programme : découverte des lacs, glaciers, vallées, montagnes, en finissant par les célèbres Torres de granit, qui ont donné leur nom au parc.

Organisation d’un trek dans le parc Torres del Paine

Le choix du trek

Si vous souhaitez découvrir la Patagonie et notamment le parc Torres del Paine, il est important de se préparer en amont, à commencer par le choix de votre trek. Il est possible de faire quelques randonnées à la journée, de réaliser le trek W ou le O afin de découvrir le parc. Le circuit le plus célèbre est le W, il permet de voir les lieux emblématiques du parc. Il se fait généralement sur quatre ou cinq jours. Le O est plus long, entre 8 et 10 jours sont nécessaires pour réaliser la boucle.

Après avoir choisi de faire le W, j’ai dû choisir le sens dans lequel j’allais effectuer le trek. Il est possible de le réaliser dans le sens prévu à l’origine (d’est en ouest) ou dans le sens inverse (d’ouest en est). J’ai choisi la deuxième option pour une raison simple : pouvoir finir le trek en beauté en terminant par les fameuses Torres del Paine.

La réservation des hébergements

Une fois votre circuit choisi, il faut choisir ses hébergements et les réserver. Deux entreprises se partagent le parc : Fantastico Sur à l’est et Vertice à l’Ouest. Il est possible de réserver dans un refuge ou de dormir en tente (les prix étant très élevés en refuge). J’ai fait le choix de partir en janvier et d’emmener mon propre matériel de camping afin de dépenser moins et de vivre une aventure plus authentique. Au total, j’ai déboursé un peu plus de 100€ pour 4 nuits dans le parc. C’est le prix minimum puisqu’il inclut seulement l’emplacement de camping. Il est également important de bien planifier son trek en fonction de ses capacités pour choisir l’emplacement de ses hébergements.

Attention, si vous souhaitez partir pendant la haute-saison (entre janvier et février), il est nécessaire de réserver ses hébergements plusieurs mois à l’avance (au moins 6 mois). Si le parc est considéré comme l’un des plus beaux du monde, il est également très fréquenté et vite complet. Sans réservation, il vous sera impossible de rester dans le parc plusieurs jours.

  Si vous souhaitez en savoir plus sur la région de la Patagonie, je vous conseille aussi l’article suivant : Que faire en Patagonie ? Vous y trouverez d’autres lieux à visiter là bas.

Le matériel

Le choix de votre matériel et le poids de votre sac à dos dépendront vraiment de votre organisation. Si vous partez en refuge, en pension complète, vous n’aurez pas besoin de beaucoup de matériel. Si au contraire vous décidez de partir comme moi, certains éléments vous seront indispensables :

  • Une tente résistante : le vent étant très fort en Patagonie, votre tente risque de s’envoler si elle n’est pas assez solide.
  • Un bon sac de couchage : les nuits peuvent être très fraîches, même en été.
  • Un tapis de sol : pour s’isoler du sol froid
  • Un réchaud avec gaz : des emplacements sont prévus pour cuisiner dans les refuges et campings. Il est strictement interdit de faire du feu.
  • De la nourriture : je vous conseille d’opter pour de la nourriture lyophilisée qui prend peu de place et a l’avantage d’être légère.
  • Tous types de vêtements : la météo changeant plusieurs fois dans la même journée, il est indispensable de prendre des vêtements chauds, de pluie mais également des vêtements plus légers.
  • Une protection solaire, une casquette, des gants, un bonnet
  • Des bâtons de marche
  • Un bon sac à dos

Si vous partez seul(e), il est important d’optimiser au maximum le poids de votre sac à dos. Le mien pesait environ quinze kilos (difficile de faire moins quand on est seule pour tout porter). Ça permet de rajouter de la difficulté au trek !

Arriver à Puerto Natales puis à Torres del Paine

Avant d’aller au parc national, vous devrez dans un premier temps vous rendre dans la ville la plus proche, Puerto Natales. Vivant à Santiago du Chili, j’ai d’abord pris un avion jusqu’à la ville de Punta Arenas (environ trois heures de vol). En sortant de l’aéroport, j’ai tout de suite trouvé une navette pour m’emmener à Puerto Natales. Après trois heures de bus, on arrive dans une petite ville, majoritairement composé de petites maisons, de nombreuses auberges de jeunesse et de magasins d’alimentation et de trekking. Il ne sera possible de prendre le bus pour Torres del Paine que le lendemain, à 7h30. On rencontre très facilement du monde dans cette ville puisque c’est la ville de ralliement de tous les randonneurs. Lorsque je m’y suis rendue, j’ai rencontré un jeune qui avait travaillé pendant plusieurs mois comme guide au sein du parc. Il m’a donné des conseils pendant toute la soirée, autour d’une bonne cerveza austral.

De nombreux bus partent chaque jour pour Torres del Paine. Le trajet qui dure entre deux et trois heures donne un avant-goût : les paysages sont somptueux, on se croirait dans un film ! Un premier arrêt à lieu à l’entrée du parc pour payer le ticket d’entrée. Comptez une trentaine d’euros si vous n’êtes pas résident au Chili, peu importe si vous restez juste pour la journée ou pour plusieurs jours. Les réservations d’hébergements sont également vérifiées. On reprend ensuite le bus ou une navette pour se rendre au point de départ que l’on a choisi. L’aventure peut commencer !

Les incontournables du Trek W

Le lac Pehoé

Vous ne pouvez pas commencer (ou finir) le trek W sans admirer le lac Pehoé et ses eaux turquoise. J’ai choisi de commencer le trek à l’ouest, le bus m’a donc emmené jusqu’à Pudeto. Une fois là-bas, il faut prendre un catamaran, le prix s’élève à une vingtaine d’euros.

La traversée d’une demi-heure sur le Lac Pehoé vaut vraiment le coup : la couleur de l’eau est magnifique et la vue sur les Cuernos del Paine est à couper le souffle. On profite de ce moment magique avant l’effort. Une fois arrivé à Paine Grande, on peut commencer le trek.

Le glacier Grey

Le glacier Grey est un incontournable à Torres del Paine. Pour y accéder, environ 11 kilomètres de marche sont nécessaires. Cette première randonnée permet de se rendre compte de la puissance du vent en Patagonie. Lorsque je suis passée au niveau de la laguna de los Patos, il m’a été difficile d’avancer tellement le vent soufflait fort. Malgré cela la vue est exceptionnelle : on peut apercevoir le lac Grey, dans lequel des icebergs dérivent à la surface. Avec de nombreuses pauses, il m’a fallu environ cinq heures de marche pour rejoindre le camping, installé à quelques mètres du glacier. Je suis tout de suite partie voir le glacier et j’y suis restée un bon moment, c’est la première fois que j’en voyais un de cette taille. Le glacier Grey fait partie du Champ de glace Sud de Patagonie. Après l’Antarctique et le Groenland, c’est la troisième calotte glaciaire du monde. La seconde journée de trekking était plutôt tranquille, je me suis contentée de faire le chemin inverse pour retourner à Paine Grande.

La vallée del Francés

Le troisième jour du trek W permet de découvrir la Vallée del Francés et notamment le Glacier Francés et le Mirador Britanico. J’ai choisi de partir du refuge Paine Grande, de voir la vallée et de rejoindre le camping Francés le soir. Au total, environ 9 heures de marche sont nécessaires pour effectuer les 22 kilomètres. Là encore toute la journée a été riche en paysages : vue sur le lac Skottsberg et sur les Cuernos del Paine, traversée d’un pont suspendu et de la forêt pour atteindre le camping Italiano. Je vous conseille de poser votre sac à dos au camping, ils sont surveillés et ne risquent rien. Il faut ensuite grimper à travers la forêt et les rochers pour rejoindre le Mirador Francés. Le glacier est situé sur le Massif del Paine, on peut y observer des blocs de glace se détacher de la montagne et tomber dans le vide. Il faut ensuite reprendre le trek pour rejoindre le Mirador Britanico, qui offre une vue panoramique sur le massif. La fin de la journée consiste à effectuer le chemin en sens inverse jusqu’au camping italien et de rejoindre ensuite le camping Francés.

Los Cuernos del Paine

Mon quatrième jour de trek m’a permis de rejoindre le refuge Chileno. Cette randonnée de 15 kilomètres dure entre 8 et 9 heures. On passe sur des ponts suspendus, sur la rive du lac Nordenskjöld avec en fond les imposants Cuernos del Paine. Ces trois sommets en forme de cornes sont composés d’une couleur foncée au sommet et à la base et de granit au milieu. On peut les observer tout au long du trek et notamment pendant ce quatrième jour de marche. Après avoir effectué cette première étape, le décor change. Je me suis retrouvée à traverser des prairies avant d’arriver sur le chemin du refuge Chileno. J’ai eu de la chance avec une météo parfaite jusque là, puis j’ai fait l’expérience de la pluie et du vent. L’arrivée au refuge se fait en fin d’après-midi.

 

Le mirador Base las Torres

Pour terminer le trek W en beauté, il faut se rendre au mirador des Torres. Ce lieu étant extrêmement fréquenté par les randonneurs à la journée, il peut vite devenir une “autoroute à touristes” en journée. Pour éviter cette situation, je vous conseille de dormir au refuge Chileno le soir et de partir dans la nuit pour découvrir les Torres. Je me suis levée à 2 heures de matin, j’ai rangé mes affaires, laissé mon sac dans le refuge avant de partir à 3 heures avec ma lampe frontale. Sur le chemin, j’ai croisé quelques personnes qui ont décidé de faire comme moi. Il faut environ 2 heures et demie pour arriver là-bas : on traverse tout d’abord les bois pendant une heure et demie, puis on grimpe à travers d’énormes blocs de roche pendant une heure supplémentaire. A 5h30 du matin, j’étais la première sur place. Je me suis installée face au lac et j’ai attendu le lever du soleil. Malheureusement il ne faisait pas beau, il pleuvait un peu et il y avait beaucoup de nuages. Ils se sont ensuite dissipés en partie, me permettant enfin de voir les trois tours de granit et leur lac. Je suis restée un long moment à les observer avant de redescendre toute la vallée et d’arriver à la fin de ce trek de 5 jours.

 

Je vous recommande vraiment de faire ce trek et de découvrir le parc national Torres del Paine. Quand j’y suis allée en janvier 2020, j’avais peur de me sentir oppressée par les touristes, ce ne fut pas le cas, peut-être à cause des récentes manifestations au Chili. J’ai donc eu la chance de pouvoir me sentir seule dans le parc et d’avoir du beau temps presque tous les jours. Même si les prix sont assez élevés à l’intérieur du parc, il en vaut vraiment le coup. Cela reste une expérience magnifique et un voyage à faire au moins une fois dans sa vie.

 

 

Coraline Mercier

This error message is only visible to WordPress admins
There has been a problem with your Instagram Feed.