Faire du camping sauvage, c’est être libre de ses déplacements, et complètement autonome en ce qui concerne son hébergement. Dormir dans sa tente c’est aussi se sentir plus proche de la nature et un peu plus aventurier que dans son quotidien (sauf si vous êtes aventurier à plein temps comme Mike Horn ou Bear Grylls). Cependant, il y a certaines choses primordiales à savoir avant de déplier sa tente, je vous les présente dans cet article 🙂

faire du camping sauvage

Choisir sa tente

Il y a de nombreux choix de tentes, deux places ou trois places ? Légère ou plutôt compacte ?

La plupart du temps, une tente deux places est privilégiée pour sa taille et son poids. On ne pense jamais avoir besoin de place pour un troisième voyageur. Seulement, dans la pratique, une tente deux places limite l’espace et le confort. Nous oublions souvent la taille de nos sacs et l’importance de les placer à l’intérieur, à l’abri de l’humidité.

Durant mon dernier voyage de Glasgow jusqu’à Isle of Skye, j’ai décidé d’inaugurer ma nouvelle tente en camping sauvage avec mon copain du moment (ce qui fût une bonne idée, n’importe quel corps chaud est bon à prendre). 

Afin de bien choisir sa tente il faut savoir quelles sont les conditions météorologiques qui vont être rencontrées. Par exemple, sachant que je déménageais en Écosse, j’ai choisi une tente solide et résistante à des vents de 70km/h et à plus de 5000 mm de pluie.

Les tentes de trekking sont légères et compactes, tandis que les tentes de camping peuvent être plus faciles à déplier mais plus lourdes. En effet, il est important de vérifier le poids de sa tente et à quel point elle est compacte, surtout si vous voyagez à pied ou si vous allez devoir la porter sur de longs trajets (deuxième avantage d’avoir un second corps avec soi).

Il n’est pas recommandé de faire passer le poids de la tente avant sa résistance, isolation, taille, ou toutes autres caractéristiques nécessaires pour un bon confort.

trouver sa tente pour faire du camping

Trouver le lieu du camping

En France

Faire du camping sauvage en France est assez compliqué, mais pas impossible ! Pour ne pas avoir de problème, il faut s’assurer de la légalité du lieu en s’assurant de respecter les règles suivantes :

  • Être à plus de 200 mètres de la mer
  • Ne pas se trouver sur un site naturel ou historique classé 
  • Ne pas se trouver près d’un point d’eau propre à la consommation
  • Ne pas se trouver sur une route ou un chemin
  • Ne pas se trouver sur une propriété privée (sauf si vous avez l’accord du propriétaire, bien évidemment).

Pour plus de précisions, je vous conseille d’aller sur le site du gouvernement qui parle du camping hors terrain aménagé et des règles à respecter.

Certains parcs nationaux ont leurs propres règles et autorisent notamment le bivouac (camping sauvage d’une nuit maximum entre 19h et 9h). Ca vaut le coup de se renseigner, surtout quand on sait à quel point certains parcs sont magnifiques. Ce que vous pouvez aussi faire, c’est simplement aller sonner chez des particuliers qui possèdent un grand terrain, avec un peu de chance vous aurez un lieu pour camper tranquillement et vous pourrez faire de belles rencontres.

En Europe

Certains pays possèdent également une législation autorisant l’utilisation des lieux naturels, et donc toute sorte de camping (principalement les pays nordiques). Cette loi provenant de Suède et Finlande stipule que « l’entière utilisation des espaces naturels » est permise.

Vous pouvez trouver des informations plus spécifiques sur les pays autorisant le camping sauvage, ici.

Quelques conseils

Afin de bien choisir l’emplacement de votre tente, il faut privilégier les lieux secs et si possible à l’abri du vent. Ne faites pas la même erreur que nous : n’installez pas votre tente sur le sommet de la plus haute montagne, là où le vent et la pluie peuvent facilement vous atteindre.

Évitez les zones inondables en cas de pluie, les sols creux, là où une accumulation d’eau pourrait arriver, et ne vous installez pas sous un arbre, là où des branches pourraient vous tomber dessus. Même s’il est attrayant de s’installer en face d’une rivière afin de se réveiller avec une superbe vue, cela pourrait devenir dangereux dans certains cas (sans compter le bruit qui risquerait de déranger votre sommeil).

N’attendez pas la nuit tombée pour chercher votre lieu de campement, sinon vous aurez du mal à évaluer tous les risques, mais également à planter votre tente dans le noir… croyez-en l’expérience.

Le lieux du camping est important

Vivre en pleine nature

Survivre au froid 

Dépendamment du pays dans lequel vous êtes, et la période de l’année, les nuits dans une tente peuvent être particulièrement difficiles à vivre. Comme je l’ai mentionné précédemment, vous pourrez donc avoir besoin d’un second corps chaud afin de vous auto-réchauffer dans la nuit.

En ce qui concerne les vêtements, ceux en synthétique et en laine sont plus aptes à vous garder au chaud. Oubliez donc le coton.

Pour bien choisir votre sac de couchage, utilisez toujours la température de confort comme température de référence, et non la température extrême. Celle-ci indique la température extrême d’hypothermie, celle où votre vie serait en danger. L’isolation de votre sac doit être bien adaptée à vos conditions climatiques, de même pour la taille qui ne doit pas être plus grande que nécessaire. Être dans un sac trop large risquerait de vous refroidir, celui-ci peut garder la chaleur de votre corps, mais il ne peut pas réchauffer l’air froid autour de vous. C’est à ce moment précis que nous comprenons l’utilité de la cordelette qui sert à fermer la capuche du sac, afin de ne surtout pas laisser passer d’air.

Même si un sac de couchage est particulièrement efficace en matière d’isolation, afin de ne pas voir son corps se refroidir en entier, un matelas de sol est un allié non négligeable (en cas d’oubli, vous pouvez toujours placer des feuilles mortes sous votre tente, ou même une couverture de survie en plastique sous votre sac pour l’isolation). En effet, la meilleure solution pour ne pas perdre sa chaleur est d’éviter tout contact avec le sol.

Si vous êtes à tendance frileuse, n’oubliez pas que notre principale chaleur corporelle s’enfuit par les extrémités. Il faut donc prévoir capuche, bonnet, et même chaussettes pour dormir (même si ce n’est pas le plus confortable, je vous l’avoue).

Si vous avez besoin de vous réchauffer en dehors de votre tente, vous pouvez lire l’article : se protéger du froid.

Se nourrir 

Si vous partez en camping sauvage pour un long séjour, vous aurez besoin de ravitaillement en nourriture. Au cas où vous n’auriez pas vu le film culte Into the Wild, n’essayez pas de vous nourrir de plantes sauvages que vous ne connaissez pas, cela pourrait mal finir.

Il existe de nombreux équipements faciles à transporter en sac à dos si vous décidez de cuisiner vous-même avec vos propres moyens (vaisselle de camping, réchaud à gaz ou électrique…). Si vous ne pouvez pas prévoir d’avance le déroulement de votre alimentation, favorisez le transport d’aliments simples et légers comme des barres céréales protéinées ainsi que des légumes comestibles crus.

Dans le choix de votre réchaud (à gaz ou à essence), il est nécessaire de prendre en compte le transport. Si vous avez prévu un voyage aérien, votre réchaud à essence est obligatoire, quant à celui de gaz, il pourra être utile dans vos trekkings locaux.

Boire

Lorsque l’on voyage avec sa tente, il n’est pas toujours facile de transporter une grande quantité d’eau, ni même de trouver des points d’eau potable, il faut donc s’adapter. Il existe certaines astuces afin de ne pas tomber malade en buvant une eau naturelle : un filtre mécanique (comme des gourdes et bouteilles à filtre intégré), filtre chimique comme le charbon ou les particules d’argent, des pastilles désinfectantes, ainsi que l’ébullition.

Pour plus de sécurité, certains préconisent même d’associer plusieurs manières de purification.

Comme toutes ces solutions ont des avantages et des inconvénients, si vous voulez en savoir plus, je vous invite à vous informer sur les moyens de purifications de l’eau grâce à des sites complémentaires.

Les règles à respecter

Les animaux

En fonction de l’environnement dans lequel vous êtes, vous devez également porter attention aux animaux qui vous entourent.

Afin de ne pas voir votre tente déchirée par des ours, renards ou autres animaux sauvages, essayez de cuisiner et garder votre nourriture le plus loin possible de votre campement, vérifiant que le vent n’y apporte pas l’odeur.

En cas de pays avec présence d’ours, un arbre est la cachette la plus appropriée (minimum 4 m au-dessus du sol).

Faire un feu

Faire un feu de camp peut s’avérer utile pour se réchauffer, préparer son repas mais aussi éloigner les animaux sauvages ou simplement pour s’éclairer.

Faites cependant attention à la législation interdisant les feux dans certains lieux, (comme ceux protégés). Il est dangereux d’en faire dans une forêt, surtout si les branches sont basses, ainsi que près des habitations. Pour plus de détails, vous pouvez consulter le site : prevention-incendie-foret.com

Il faut d’abord chercher un endroit à l’abri du vent, un sol dénudé de roches, feuilles ou brindilles, le tout n’étant pas trop près de votre matériel (les tentes étant particulièrement inflammables, et la fumée pas tellement agréable).

Pour réussir votre feu, entourez la zone choisie de pierres ou faites-le directement dans une zone plus creuse que le niveau du sol. Il est important de définir la limite et la dimension de votre feu, afin de bien prévoir les ressources nécessaires pour l’éteindre avec facilité.

Pour commencer votre feu, il vous faudra :  de quoi allumer votre feu (briquets, allumettes ou firesteel), un combustible (papier journal, feuilles mortes, carton, brindilles sèches..) et du bois, que vous devrez préparer à l’avance.

Comment éteindre votre feu ?

Principalement avec de l’eau. Comme on n’est jamais trop prudent, n’hésitez pas à vous y reprendre plusieurs fois. Il est recommandé d’y ajouter de la terre afin de réduire son apport en oxygène, et donc de l’éteindre entièrement. Éparpillez également le bois restant afin de laisser le moins de traces possible.

Et surtout, restez toujours attentif, un feu peut rapidement devenir incontrôlable.

N’oubliez pas qu’un vrai campeur laisse la nature comme il l’a trouvé, aucune traces en dehors de celles que l’expérience lui donne.

Faire du camping sauvage | Tout ce que vous devez savoir
4.5 (90.71%) 28 vote[s]

Inscrivez vous à La Newsletter

Recevez toute l'actualité de Votre Tour Du Monde directement dans votre boite mail

Vous êtes bien inscrit :)

Quelque chose n’allait pas.

Send this to a friend