Une année scolaire à l’étranger… et pourquoi pas ?

Bonne nouvelle ! Pour les apprentis voyageurs impatients de s’envoler pour une année à l’étranger : nul besoin d’attendre Erasmus et autres programmes proposés pendant les études supérieures !

Aaaaaaaaah le mois d’août quand on est lycéen… les vacances, le soleil, l’absence du cri strident du réveil du matin : le rêve quoi !

Oui mais voilà, après les joies d’un été les pieds dans l’eau ou dans les chaussures de rando, revient septembre, synonyme de rentrée et de train-train qui reprend le dessus ! Alors si pendant vos cours de maths vous vous êtes découvert un talent indéniable pour le dessin en retraçant les contours de la mappemonde, que vous avez découragé tous vos amis en les écrasant aux questions « géo » du Trivial Pursuit et que les seuls cours qui n’ont pas sur vous d’effet soporifique sont les cours de langues vivantes, nous avons peut-être la solution pour vous !

 Année scolaire à l’étranger

Passer une année scolaire dans un lycée étranger, c’est possible ça ?

Tout à fait ! Le programme « une année scolaire à l’étranger » permet en effet à des lycéens de partir fréquenter un lycée dans un pays autre que le leur et d’être accueillis par une famille pour une immersion complète pendant une année.

Plusieurs organismes proposent ainsi ce programme. L’idée est la suivante : pendant ses années lycée (ou juste après le bac), on met en « pause » un an ses études pour partir s’immerger dans une culture étrangère. Dans votre pays d’accueil, vous serez reçu par une famille qui deviendra la vôtre (le concept peut légèrement varier d’un organisme à un autre ; certains préfèrent que vous changiez de maison à une ou deux reprise(s) dans l’année pour découvrir les modes de vie de plusieurs familles du pays).

échange  (6)

En parallèle, vous suivrez des cours dans un lycée à proximité afin, encore une fois, de découvrir comment fonctionne le système scolaire dans un pays autre que celui qui vous a vu grandir.

Point important : la valeur académique de cette année est a priori « nulle » : si vous partez après la seconde et que la classe que vous fréquentez dans votre pays d’accueil est l’équivalent d’une première, cela ne signifie pas que vous pourrez prétendre à une entrée directe en terminale à votre retour. Il faudra reprendre votre cursus là où vous l’avez laissé.

Quel intérêt, alors ? C’est une année de perdue !

Cette remarque, je l’ai entendue des dizaines de fois, et pourtant, elle ne pourrait être plus éloignée de la vérité !

Car si scolairement vous restez effectivement en « statu quo » pendant un an, le bénéfice personnel est immense !

  • Vous reviendrez en parlant couramment une langue étrangère ! Un gros plus donc, quand vous présenterez votre candidature à des écoles/universités, ou plus tard lorsque vous intégrerez le marché du travail. Pour ma part, je suis partie en Amérique Latine alors que ma LV2 au lycée était… l’Allemand ! Mais voilà, à force d’être baignée dans un environnement hispanophone 24/7, pas d’autre choix que d’apprendre vite, si on ne veut pas passer l’année en ermite !
  • Vient en suite toute une liste de bénéfices, non quantifiables, mais tellement importants : l’ouverture d’esprit, par exemple ! Quand on se retrouve dans une culture totalement différente de la notre, le choc peut être rude au départ… Alors on apprend à ne pas juger, à ne surtout pas comparer, mais à observer, à comprendre, à imiter et à apprécier la différence ! On se surprend à se lier d’amitié avec des personnes à l’opposé de ce que nous sommes et à porter un regard bienveillant sur tout ce qui nous entoure…
  • Autre avantage non négligeable : le carnet d’adresses internationales que vous allez vous créer ! Lorsqu’on participe au programme « une année scolaire à l’étranger », on a le plaisir de se créer des amis dans le pays qui nous accueille… mais pas que ! Finalement, les liens les plus solides que vous allez nouer, ceux qui passeront sans difficulté l’épreuve du temps, ce sont les liens tissés avec les autres « exchange students », ceux qui, comme vous, ont pris leur carte d’embarquement pour aller voir comment ça se passe ailleurs ! Entre les voyages à la découverte de votre pays d’accueil – bourrés d’anecdotes, que vous allez faire ensemble, les soirées festives, celles plus tranquilles version « pyjama party » à réconforter votre ami ( e ) qui commencerait à évoquer un retour anticipé au bercail et les après-midi passés à flâner dans le centre-ville, vous allez passer beaucoup de temps ensemble et les « au revoir » seront riches en émotions, mais surtout en promesses de se retrouver !
  • Au final, plus la peine de vous soucier de l’hébergement pour les voyages qui suivront : vous choisirez vos destinations vacances en fonction des amis à qui vous aurez envie de rendre visite pour vous remémorer l’aventure extraordinaire que vous aurez vécue ensemble…

échange  (3)

Vous reviendrez en parlant couramment une langue étrangère.

Pour ma part, j’ai participé à ce programme en 2004/2005, quand je suis partie en Bolivie. Les années ont passé (un peu trop vite, d’ailleurs !) mais je mesure encore la chance que j’ai eue de vivre cette année-là et tout ce qu’elle m’a apporté : il y a clairement eu un « avant » et un « après » Bolivie !

L’année prochaine, cela fera 10 ans que je me suis envolée pour cette aventure, et nous prévoyons, avec d’autres étudiants, de se retrouver pour fêter ça ! L’histoire continue…

Dans le même, genre n’hésitez pas à consulter notre article sur l’aventure au pair ainsi que, bien sûr, notre blog voyage 😉

  1. Sympa !
    Je viens d’écrire un article au sujet de faire ses études à l’étranger. Quand bien même beaucoup l’ont déjà fait, ce n’est pas une majorité, mais alors partir avant même ses 18 ans, quelle bonne nouvelle ! Je ne savais pas que cela existait et je vois que cela existe depuis un moment en plus…

    On devrait nous envoyer à l’étranger au berceau et nous serions entourés de beaucoup plus de gens ouvert actuellement…

  2. Merci Haydée pour ton commentaire !

    Oui, la possibilité de partir à l’étranger avant le bac existe depuis un bon moment mais malheureusement, elle est rarement mise en avant, justement parce qu’elle est souvent considérée, à tort, comme une année de « perdue »…. C’est bien dommage, surtout qu’aujourd’hui, le parcours scolaire et universitaire « type » n’existe plus : on se réoriente en cours de route, on tente plusieurs choses, on part en césure … Chaque expérience est riche en enseignements et vaut la peine d’avoir pris le temps de la vivre !

    Et puis, l’avantage de partir à l’étranger sans avoir la pression des exams et d’une année à valider, c’est qu’on est plus ouverts à ce qui nous entoure et qu’on peut profiter pleinement de chaque rencontre, chaque opportunité de sortie, de voyage dans le pays etc. Bref, ce n’est que du positif !

    Tous les bénéfices que tu cites dans ton article sont bien réels, si seulement on pouvait inciter plus encore les jeunes à sauter le pas !

  3. A mon avis, ça coûte chère une année scolaire à l’étranger. En plus de ça il existe une grande différence entre les systèmes éducatifs des pays.

    1. Le coût peut énormément varier d’un organisme à un autre. Pour ma part, j’avais peu de moyens pour financer ce projet mais je suis partie grâce au Rotary Club qui ne demande pas d’argent, il faut simplement assumer les frais de billet d’avion, d’assurance et de faux-frais sur place. Le Rotary nous donnait également de l’argent de poche tous les mois. De mémoire, c’était quelque chose comme 30 dollars, ce qui peut ne pas paraître énorme mais dans un pays comme la Bolivie où le coût de la vie est bas, cela aidait déjà beaucoup ! J’ai complètement autofinancé mon projet en travaillant week-ends et vacances scolaires l’année avant mon départ. Comme quoi c’est possible !

      Pour ce qui est des différences dans les systèmes éducatifs : tu as raison, ces derniers peuvent énormément varier d’un pays à un autre. Comme je le précise dans l’article, la valeur académique de cette année dans un lycée étranger est « nulle », cette année n’est donc pas reconnue dans le cursus mais c’est justement une opportunité de s’ouvrir l’esprit et de voir comment se font les choses ailleurs ! 🙂

  4. Bonjour Elodie,
    J’ai trouvé ton article tres bien!
    J’ai 15 ans et j’aimerais partir a l’étranger et justement en Amérique Dus Sud mais je ne trouve pas d’organisme faisant l’Amérique du sud, il n’y aurait pas un organisme par example spécialisé dans l’Amérique du sud? Ce serait notamment en Colombie! Stp aide moi!! J’ai été voir sur le site du Rotary Club, c’est avec des bénévoles c’est ca? Pourrais tu me dire comment ca march?

    Merci beaucoup beaucoup 😀

    1. Bonjour Laura,

      désolée d’avoir mis un peu de temps à te répondre.
      Je ne connais pas d’organisme spécialisé dans l’Amérique du Sud mais une chose est sûre, beaucoup d’étudiants d’échange participant au programme du Rotary s’y rendent chaque année, donc tente ta chance ! 🙂

      Il faut que tu trouves sur Internet (ou en appelant peut-être la mairie de ta ville) les coordonnées du Club Rotary de ta ville et que tu prennes contact avec eux, en leur expliquant que tu souhaites participer au programme. Le Rotary ne te permet pas de choisir précisément la destination qui t’accueillera mais tu peux formuler 3 choix parmi tes pays de prédilection.

      Bonne chance pour tes recherches, n’hésite pas si tu as d’autres questions, je te promets d’être plus réactive ! 🙂

  5. Bonjour,
    Je suis une élevé de 3eme et j’ai 14 ans.
    Alors voilà, en fait, je rêve de partir une année aux états unis, au Canada ou à Londres ( plus aux États-Unis unis quand même ) et je suis complètement désespérée…
    Je ne trouve que des organismes qui organisent des séjours coûtant hyper hyper chers et ma famille n’a pas forcément les moyens de les payés.

    J’avais une question, si on connait une famille qui peut nous accueillir, est-ce que c’est possible de tout simplement y aller et une fois la bas de s’inscrire dans un lycée sans passer par des procedures du genre association et tout ??

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.