Cela faisait des mois que je me posais la question. Est-ce que je dois acheter un drone ? Si oui, lequel ? Qu’en est-il de la législation ? N’est-ce pas trop contraignant à transporter ? Bref, tant de questions dont il est difficile de trouver des réponses… Et c’est pour ca que j’ai décidé de créer cette review du drone que j’ai finalement acheté : Le Phantom 3. Alors, partons dans les airs en compagnie de ce dernier !

Test Phantom 3 : Faut-il céder? Mon avis. 

Malheureusement, les drones sont plutôt mal perçus en France (suite aux survols des centrales nucléaires, de Paris de nuit, …). Cet article n’est pas la pour débattre d’une quelconque utilisation non légale de ce dernier, du survol de la maison de ses voisins ou de je ne sais quoi… Je réalise ce test pour vous donner mon avis sur ce produit et je souhaite me concentrer sur ceci. Merci de ne pas rentrer dans ce genre d’échanges en commentaires 🙂

Découvrez mes dernières vidéos réalisées à l’aide du Phantom 3 Pro :

Tout d’abord, je dois vous dire que je n’avais tout simplement jamais piloté de drone de ma vie avant de recevoir le Phantom 3. L’excitation et la peur de mal faire/investir/choisir était fortement présente. Cette précision est importante pour la suite du test.

Il y a deux modèles Phantom 3 disponibles, la version Advanced et la version Pro. Il succède au Phantom 2 Vision Plus. Voici une image qui récapitule les différences de ces modèles.

Phantom_3_comparaison_pro_advanced

On notera que le Phantom 3 Pro permet de filmer en 4K et que son temps de chargement sera plus rapide grâce à un chargeur plus puissant. Avec les évolutions rapides des définitions (même mon smartphone, le LG G3, a déjà un écran 4K…), j’ai décidé de prendre la version Pro, mais cela ne changera en rien le reste du test si vous souhaitez opter pour le Advanced qui est exactement le même drone d’un point de vue utilisation. Restez ici donc!

Sachez que le Phantom 3 n’est pas du tout le premier drone construit par le leader sur le marché qu’est Dji. Il s’agit la d’une entreprise spécialisée dans ce genre de produits depuis de nombreuses années, qui update régulièrement ses firmwares (mode auto-follow à venir sur le Phantom 3, …) et qui fait preuve d’un grand sérieux. On parle d’une entreprise professionnelle dont les produits sont adorés par ses clients, sauf pour le SAV visiblement un peu compliqué de temps en temps (c’est pour ca que je suis passé par un distributeur français).

Le drone tant attendu a donc été reçu il y a environ deux mois. J’ai opté pour le pack parfait pour le digital nomad que je suis : Le Phantom 3, of course, mais aussi un sac à dos fait sur mesure pour me déplacer avec et une seconde batterie pour pouvoir être assuré de beaucoup filmer. Le Phantom permet vraiment de faire des choses ambitieuses, et une batterie filme « uniquement » 20 à 25 minutes minutes. Ce qui est quand même déjà bien assez pour filmer de très nombreuses choses.

Dès que je l’ai reçu, j’ai eu la sensation que le drone était solide, léger, plutôt petit. Bref, transportable, ce qui était un point forcément très important pour le blogueur voyageur que je suis. Le sac est un peu imposant, mais pas pour autant lourd. Cela me semble donc vraiment jouable de le prendre avec moi en voyage sur des courtes/moyennes durées. Par contre, je pense que cela serait plus compliqué sur des voyages de plusieurs mois, puisque le sac et le drone restent contraignants à transporter au quotidien (cf la suite de mon article). La télécommande est de son côté très légère et semble être simple à utiliser, du tout bon ! Cette dernière est bien entendu toujours incluse avec le Phantom 3, que vous optiez pour le modèle Advanced ou le modèle Pro.

Prise en main du Phantom 3

Je n’avais jamais utilisé un seul drone de ma vie, pas même dix secondes, avant de recevoir mon Phantom 3. J’étais un total novice, même si je suis geek sur les bords et que je m’y connais un peu pour manier le joystick (les soirées FIFA entre amis ont-elle aidé ?!). Toujours est-il que le drone m’a tout de suite semblé être facile à manier. Concrètement, le joystick de gauche vous permettra de faire grimper le drone vers le ciel ou de le faire descendre, tandis que celui de droite permettra de manier le drone vers l’avant, l’arrière, la droite ou la gauche. Plutôt enfantin, non ? Pour tout vous dire, j’ai même fait tester le Phantom 3 à mon père qui est loin d’être un connaisseur des technologies (pardon Papa, mais c’est vrai quoi…) et il s’en est très bien sorti sur la compréhension de l’engin !

Voici une des nombreuses vidéos réalisées par Dji, le constructeur du drone, qui vous montrera la facilité que l’on pourra avoir à manier le bébé.

J’ai failli oublier de mentionner une petite molette en haut à gauche de la télécommande qui permet de baisser ou de remonter la caméra.

Sans dire que l’on peut avoir des résultats très probants rapidement, je peux vous assurer que la stabilisation de la caméra qui est déjà intégrée au drone joue pour beaucoup dans la qualité des vidéos/photos réalisées. C’est donc plutôt rapidement que j’ai commencé à prendre mes aises sur le Phantom 3, surtout que le retour vidéo reçu en direct sur l’application du Smartphone ou de la Tablette (qui est lié à la télécommande, donc) est de qualité et permet d’avoir un aperçu de ce que le drone est en train de filmer/shooter, savoir à combien de mettre il est en hauteur, etc. Voici une vidéo rapide que j’ai pu faire des le lendemain de la reception du drone :

L’application Dji Pilot pour Phantom 3

Honnêtement, c’est du tout bon. Entre les très nombreuses possibilités d’édition, ou encore l’option automatique « Ramener le drone au point de départ » (baptisée Return To Home, RTH) en cas de soucis, faire décoller ou atterrir automatiquement le Phantom 3… Tout est fait pour rassurer l’utilisateur et lui donner toutes les cartes en mains afin de faire de merveilleuses choses accompagnées de ce bijou technologique. Il y a même des simulateurs de vols pour les plus novices d’entre vous sur l’application iPhone/iPad. Oui, comme toujours, l’application Android est moins bien développée. Pauvre de nous, non-utilisateurs d’Apple 🙁

Le Dji Phantom 3 côté photo

Ce qui est bien avec ce drone, c’est qu’il fait des vidéos, mais pas que. Il suffit de sélectionner le mode photo sur l’application, et des milliers de possibilités s’offrent à nous. A vous le choix de faire des prises de vues aériennes en mode HDR, de prendre des photos en JPG, RAW, ou les deux, etc. Le mode photo n’était pas la principale raison de mon achat du Phantom 3, mais il est tout de même convaincant et permet de faire des clichés intéressants. Ci-dessus une photo prise en Malaisie il y a quelques semaines. Ou ci-dessous un chateau en France.

Le Dji Phantom 3 côté vidéo

Sans doute la partie la plus importante du test de ce Phantom 3. Que donne ce drone en mode vidéo ? Ayant la version Pro, je peux filmer jusqu’en 4K (ou à une moins grande résolution si je le souhaite, comme en Full HD). Je préfère tenter la 4K, pour pouvoir zoomer sur des parties de la vidéo tout en gardant une qualité d’image par exemple.

Pour faire simple, j’ai tout simplement été bluffé par le rendu des vidéos. La caméra 4K n’a pas d’effet fisheye qui pourrait être désagréable vu d’en haut (la terre serait trop arrondie) et la qualité vidéo est exceptionnelle. Plutôt que de vous faire rêver avec des mots, voici un exemple d’une vidéo filmée en Nouvelle-Calédonie, vous y verrez le drone en action de nombreuses fois :

Le seul point négatif que j’ai constaté est que l’on peut parfois voir les hélices du drone sur certaines vidéos, uniquement quand on pousse les joysticks à fond. C’est rare, mais ca arrive, comme l’atteste ce screenshot d’une vidéo que j’ai faite :

test phantom 3

Heureusement, la 4K de la version Pro permet de zoomer un peu sur la vidéo ou la photo et on ne voit plus ce petit soucis ! Ou alors, il suffit de simplement baisser un peu la caméra 🙂

Voyager avec le Phantom 3 : Mythe ou réalité?

Le hasard du calendrier a fait que j’ai reçu le drone une grosse semaine avant de partir en Malaisie, il était donc évident que j’allais le transporter avec moi pour tester ce dernier en conditions réelles, à l’étranger ! C’est donc armé de mon sac à dos et de mon Phantom 3 Pro que je suis parti à la rencontre de ce magnifique pays. Pour info, il faut que vous preniez obligatoirement les batteries du drone avec vous en cabine, ces dernières étant en lithium. J’ai préféré mettre le drone dans ma grosse valise en soute ayant déjà avec moi mon reflex et mon ordinateur portable, mais je n’ai franchement pas eu peur d’une quelconque casse vu que le sac est très bien rembourré et qu’il a été fait pour transporter ce fameux Phantom 3.

Sunset of my beautiful city from the sky! Shot with my drone 🙂 #retournac #hauteloire #auvergne #myauvergne

Une photo publiée par ! Bruno Maltor (@afrenchtraveler) le

Concernant la facilité du transport en voyage, j’ai été agréablement surpris. Comme dit plus haut, le sac n’est pas lourd et le drone reste relativement petit, donc le tout se prend assez bien. Par exemple, ca me semble jouable de le prendre sur des voyages de 3 semaines avec de l’organisation. Mais cela sera compliqué si vous voyagez seul et que vous souhaitez déjà emporter un reflex, un ordinateur potable… Il faut simplement se dire que le drone occupera toute la place sur votre dos (car le sac est plutôt imposant et se mettra difficilement devant vous) tout au long de votre voyage.

La légalité du Phantom 3 en France et à l’étranger

Cette partie n’est pas la plus plaisante à rédiger, mais je me dois de vous rappeler que le fait de posséder un drone vous obligera à respecter des lois, sous peine de devoir payer (très) cher vos bêtises. En France, par exemple, on ne peut pas faire voler un drone à plus de 120 mètres au dessus de nous. Se rendre au dessus de cette limite pourrait vous poser de gros problèmes. Alors respectez la loi en France… Mais aussi à l’étranger ! Si vous comptez emmener votre drone partout sur terre, je suis désolé de vous apprendre que cela ne sera pas possible dans certains pays comme Cuba. Chaque pays a sa propre réglementation, je ne pourrais pas faire de listing ici (il serait trop long et surtout il changerait trop souvent) mais il est de votre devoir de vous renseigner avant de vouloir partir avec votre Phantom 3 en voyage. Ceci étant dit, soyez donc responsables les amis 🙂

Ou acheter le Phantom 3 ?

Il y a quelques distributeurs en France qui permettent d’acheter ce petit bijou technologique. J’ai opté pour celui qui propose le meilleur SAV à mon sens, Guliver Modeles. En plus d’être une boutique physique (ce qui reste rassurant en cas de gros pépin), ils ont vraiment pris le temps de répondre à toutes mes questions et attentes, et la livraison via TNT a été très rapide. Dji vend aussi directement ses drones sur son site officiel, mais j’ai lu beaucoup de critiques négatives concernant le SAV ce qui ne m’a vraiment pas rassuré (j’étais totalement novice en la matière). Opter pour un distributeur me semblait vraiment être la meilleure solution. D’ailleurs, si ce drone vous intéresse, sachez que vous pouvez obtenir une reduction de 2% en précisant le code «Phantom-3_VTDM-2015» quand vous finaliserez votre commande, que cela soit sur le modele Pro ou Advanced. Selon moi, avec cette réduction, il n’est plus question de se demander s’il faut l’acheter, mais plutôt quand 🙂

DECOUVRIR & ACHETER LE PHANTOM 3

Je pense avoir fait le tour de ce que peut représenter le Phantom 3 pour les passionnés, curieux et voyageurs que vous êtes. N’hésitez pas à me poser des questions, je me ferais un plaisir de vous y répondre, tant je suis devenu fou de cet engin. Comme dirait une connaissance qui a acheté le drone suite à mes conseils: « Maintenant, je mange drone, je dors drone ! ».

Bon voyage en l’air, vous allez vous régaler ! 🙂

Test du Phantom 3: Faut-il céder?
4.5 (89.83%) 59 votes

Inscrivez vous à La Newsletter

Recevez toute l'actualité de Votre Tour Du Monde directement dans votre boite mail

Vous êtes bien inscrit :)

Quelque chose n’allait pas.

Send this to a friend