Depuis plusieurs années, le tourisme évolue et de nouvelles manières de voyager font leur apparition : tourisme solidaire, participatif, écotourisme, écovolontariat, etc.

De nombreuses possibilités de voyage s’ouvrent désormais aux voyageurs désireux de donner une dimension citoyenne à leur aventure et aller ainsi à contre-courant du tourisme de masse, souvent décrié pour ses répercussions négatives sur les populations et l’environnement. Dans cet esprit, une nouvelle façon de voyager est en train de se développer depuis plusieurs mois: le TWAMing.

Le TWAMing

TWAM, c’est le sigle de Travel With A Mission, en français : voyager avec une mission. L’objectif est de faciliter la mise en relation des « TWAMers » et des « TWAMhosts ».

« L'objectif du Twaming est de développer un nouveau type de voyage engagé, un nouveau type de tourisme » explique Ludovic Hubler, à l’origine du projet. « Quand on ira demain au Madagascar passer 15 jours, l'idée est qu'il y ait 13 jours par exemple sur la plage mais que le voyageur donne 2 jours pour parler de son pays, de sa passion ou de tout autre sujet intéressant dans les écoles ou autres institutions du coin. Même chose si on fait un tour du monde, faire en sorte qu'il y ait un fil rouge, une idée qu'on souhaite faire avancer. »

Si le concept se développera, dans un premier temps, principalement autour du site Internet, l’objectif à long terme sera également d’encourager les rencontres physiques entre les membres du réseau, grâce à différents concepts d’événements sur lesquels l’organisation est actuellement en train de plancher.

illustration TWAM

« TWAMers », « TWAMhosts »… Qu’est-ce que ça signifie ?

Un TWAMer est un voyageur qui souhaite profiter d’un séjour à l’étranger pour partager avec un public sur place ses connaissances sur un sujet qui lui tient à cœur. Il peut s’agir d’une présentation de son pays, d’une initiation à l’une de ses passions (danse, musique…) ou bien d’une intervention sur un sujet de société.

Quant au terme TWAMhost, il désigne une personne faisant partie d’une institution, à travers de laquelle elle offre un public au TWAMer. Cela peut par exemple être un membre d’un Rotary Club, d’un Lions Cub, une infirmière dans un hôpital ou un professeur dans un lycée voire même une université qui invitera le TWAMer à présenter son projet.

twam 5Durant son passage au Viêtnam, Ludovic Hubler, fondateur de TWAM, a notamment pu partager son tour du monde dans plusieurs écoles publiques où l’enseignement est traditionnel à l’idéologie communiste.

La naissance du TWAMing

Le principe du TWAMing (jalonner un voyage de rencontres sous la forme de conférences, présentations etc.) a commencé à germer dans l’esprit de Ludovic Hubler lorsqu’entre 2003 et 2008, il entreprend un voyage autour du monde avec le stop pour seul mode de transport. Voitures, camions, voiliers et même brise-glace pour rejoindre l’Antarctique, les aventures de ce Strasbourgeois d’origine auront souvent attisé la curiosité des personnes rencontrées sur la route jusqu’à ce que l’une d’entre elles,  une amie de Ludovic travaillant à l’époque dans un lycée de Quito, en Equateur, lui demande : « ça te dirait de partager ton parcours et de faire passer quelques messages à mes étudiants ? ». Enthousiaste à l’idée de raconter son histoire et de passer un beau moment auprès de ces étudiants, le jeune homme accepte sans hésitation.

Cette expérience aura sur lui l’effet de déclic. S’en suivront 350 conférences données à travers le monde, dont une tournée d’un an à travers les Etats-Unis et le Canada, durant laquelle près de 15 000 personnes auront pu profiter des récits de Ludovic, axés sur l’expérience qu’il était en train de vivre, mais également sur le réchauffement de la planète et la pauvreté dans le monde.

Orphelinat-Hisani-Mwanza-TANZANIE2000

Depuis lors, celui qui était à l’époque un jeune diplômé d’école de commerce, n’a eu de cesse de croire en l’enrichissement mutuel créé par ces rencontres et c’est pour les rendre possibles et accessibles à tous qu’il a inauguré, le 15 mai 2013, le site www.travelwithamission.org. La soirée de lancement, qui s’est tenue à l’ESCP Europe à Paris, a réuni pas moins de 500 passionnés de voyages et laissait présager déjà un beau succès pour cette initiative.

Des objectifs de développement ambitieux

Il est toujours difficile de se fixer des objectifs précis mais nous avons dit 1 million d'utilisateurs et 500.000 expériences TWAM pour le 1er janvier 2016.

Pour parvenir à ce but, l’organisation compte sur le soutien actif du réseau de volontaires qu’elle est actuellement en train de se créer à travers le monde. Pour ceux qui souhaiteraient se joindre à la cause du TWAMing, des web-conférences sont organisées, dont la prochaine aura lieu le 10 septembre (en français), puis le 12 septembre (en anglais), alors qu’une rencontre sera organisée à Paris le dimanche 15 septembre 2013. Communication, marketing, technique, RH, création d’antennes locales, représentation lors de voyages… les opportunités pour rejoindre la « TWAM Team » sont nombreuses afin de participer à la  « promotion d’un tourisme responsable et respectueux des peuples rencontrés ».

Des exemples de projets

Marion Dumas et son compagnon Julien Leblay, par exemple, ont entrepris en 2010 un périple de vingt mois en vélo, qui les aura menés en Europe, au Moyen-Orient, en Inde, en Asie du sud-est et en Australie avant d’arriver en Nouvelle-Zélande, point d’orgue de leur périple où ils ont retrouvé des centaines de supporters français à l’occasion de l’ouverture de la Coupe du Monde de rugby.  Durant ces 22 000 kilomètres parcourus, Marion et Julien sont allés à la rencontre des populations locales pour promouvoir le don du sang, dans le cadre d’actions menées en partenariat avec la Croix-Rouge et avec le Rotary Club, parrain de leur aventure. Ce périple a été organisé dans le cadre de l’association Les Voyageurs au Grand Cœur : http://www.voyage-grand-coeur.org/

twam 3

Toujours à vélo, deux cousins originaires du Tarn – Benjamin et Jean-Charles Almaric – forts de leur existence de pompiers, ont choisi de mettre leur routine entre parenthèses durant deux ans pour aller à la rencontre d’autres populations en partageant avec elles leurs connaissances en matière de premiers secours. Une initiation axée sur 3 thèmes : l’obstruction totale des voies aériennes, l’hémorragie et la victime inconsciente qui respire (ou qui ne respire plus). Loin de chercher à se positionner comme de véritables formateurs, Benjamin et Jean-Charles cherchent avant tout à sensibiliser les populations sur ces gestes qu’ils souhaiteraient être connus de tous. Et parce qu’il s’agit autant de donner que de recevoir, les deux cousins profitent de chaque pays traversé, de chaque autochtone croisé pour s’imprégner des cultures et s’ouvrir chaque jour un peu plus au monde qui les entoure. Leur voyage, initié en septembre 2012, leur permettra de visiter au total 33 pays sur les 5 continents. Retour prévu en France début 2014. Vous pouvez suivre leur aventure sur leur site Internet : http://www.raidplanetesecours.com/

twam 4

Et vous, est-ce que cela vous motive pour partir faire le tour du monde avec un beau projet en tête ? N'hésitez pas à nous le dire en commentant cet article et n'oubliez pas de consulter les autres articles de notre blog voyage 😉

zp8497586rq
Pouvez-vous voter pour ce post?