Petite île située au large de la Chine, Taiwan est qualifiée de chaleureuse et accueillante par les étrangers venus la visiter, voire même y étudier ! On n’y pense peut-être pas assez lors de nos voyages alors, pour découvrir cette charmante contrée, je suis allée à la rencontre de Claire, 20 ans, qui a décidé de partir étudier là-bas et nous raconter son histoire à travers une interview à la fois drôle et touchante.

Vivre à Taiwan

1. Qui es-tu, que fais-tu ?

Je m’appelle Claire, j’ai 20 ans et j’ai grandi dans la banlieue parisienne. Je suis actuellement en LEA Anglais-Chinois à Paris III et j’entame ma troisième année à Fujen Catholics University à Taipei en tant qu’étudiante en échange ! Sinon, en dehors de l’école, je suis un Yogi peu discipliné, je fais du surf, de la photo et de la danse.

2. Décris-nous en quelques phrases le pays où tu es allé

Je suis perdue sur une île située entre la Chine, le Japon et les Philippines ! Pour faire court, Taiwan est le pays du vélo et de la technologie. Il possède le service publique le plus rapide et efficace que j’ai jamais connu ! C’est le paradis des fruits et des légumes, du sport, de la faune et de la flore, le tout avec une population très amicale et énergétique !

3. Pourquoi as-tu choisi ce pays ?

J’ai décidé de partir à Taiwan car c’est le pays d’origine de ma mère ! Elle m’emmenait voir la famille tous les deux ans et c’est à 12 ans que j’ai décidé d’y vivre plus tard. Pourquoi ? Tout simplement pour le style de vie, les gens, la nourriture, le sport et surtout… LE METRO !

4. Es-tu partie seule ?

Je suis venue avec ma mère car elle vient s’installer ici en éclaireur avant que toute la famille débarque !

5. As-tu vécu un choc de culture important ?

Oui, malgré mon environnement biculturel, j’ai quand même piqué une petite dépression ! Je n’étais restée aussi longtemps à l’étranger et je n’avais encore jamais vécu « indépendamment » à Taiwan. Par conséquent, le fait de vouloir reprendre toute les activités que je faisais à l’origine en France dans une ville où je ne sais même pas lire les panneaux d’adresse ni les stations de bus, c’est éprouvant et ça met beaucoup de pression. J’ai aussi eu du mal à oublier ou de carrément changer les habitudes que je prenais en France. Tout est si différent, il faut s’acclimater au pays et tout modifier, ce qui n’est pas toujours évident.

6. As-tu facilement réussi à t’intégrer parmi les locaux ?

taiwan

Il est très facile de s’intégrer parmi les locaux ! C’est d’autant plus facile lorsqu’on est d’origine taïwanaise et encore plus si on maîtrise le chinois, ce qui est, par chance, mon cas !

7. Qu’en est-il au niveau de la langue ? Apprentissage difficile ?

Le chinois est une langue qui est très facile à l’oral car il n’y a pas de conjugaison, ni d’accord en genre et en nombre. Elle est aussi très riche en proverbe, ce qui peut rendre la conversation très humoristique ! Cependant, l’écrit est une autre histoire, surtout qu’ici, on utilise le traditionnel et il est très difficile de savoir écrire TOUS les caractères nécessaires. Tout est basé sur du par cœur et du recopiage sur des dizaines de pages, cela demande énormément de temps et à d’entrainement. Ainsi, on peut alors distinguer le niveau de chinois d’une personne sur le nombre de caractères qu’il peut lire et le nombre de caractères qu’il peut écrire (on n’est pas des dieux non plus).

8. As-tu fait quelque chose dans ce pays que tu n’avais jamais fait auparavant ? 

Il n’y a que des premières fois ici ! Je peux absolument tout faire, vraiment ! Je peux rester jusqu’à minuit dans la rue en mini short et débardeur sans me faire agresser (même à cette heure ci les transports en commun sont bondés en semaine, me faire livrer MacDo après une LAN sur Call of Duty à quatre heure du matin (oui, c’est la révolution), faire un prêt de parapluie auprès du métro quand j’oublie le mien, manger des fruits et des légumes que je n’avais jamais vu de ma vie, casser des noix de coco dans la rue et me faire interpeller par la patronne d’un stand de snack pour prendre des cuillères, aller chez le dermathologue ou le cardiologue sans rendez vous, au moyen d’un simple ticket numéroté (l’attente varie de 5 à 10 minutes, pas plus) et au tarif de 10€ seulement, charger mon portable ou ordinateur sur les points de charge disponibles dans chaque station de métro sans, prendre le métro sans que tes narines ne se dilatent (le métro parisien m’a vraiment traumatisée), aller faire les courses à Carrefour ou au Cosco (hypermarché Américain) et en sortir le ventre plein grâce à leur stand pour nous faire goûter des échantillons de produit de l’entrée jusqu’au dessert (fromage, fruits, bœuf, riz, soupe, Red Bull, gâteaux, poisson, glace) : en somme, la liste est TRES longue !

9. Quel est ton meilleur souvenir ?

-taroko-gorge-in-hualien--taiw_5506

Lorsque j’ai visité les Gorges de Taroko dans le Sud Est de Taiwan, la nature était tellement belle que j’ai dû m’agenouiller devant elle ! Egalement, ou encore participer à un contest de surf déguisé !

10. De la même manière, le pire ?

Le pire ? Se faire attaquer par une armée de méduse pendant une session de surf !

11. As-tu expérimenté des plats improbables ?

Rien que pour vous, j’ai testé le Tofu puant, les testicules de coq (quelle horreur) et la soupe aux queues de serpent ! Des plats qui donnent envie !

12. Quel moment t’a le plus marqué dans ton séjour ?

Sans aucune hésitation, la chaleur et la gentillesse des locaux !

13. Quels sites et villes as-tu eu l’occasion de visiter ? 

Malgré la taille de l’île, il faudrait toute une vie pour la découvrir. Tous les jours, l’île regorge d’activités et d’événements autant farfelus les uns que les autres ! Tout est à y faire, et tout reste à découvrir ! Tu peux très bien jouer aux arcades et te dénicher le jean le plus branché à Ximending (le quartier des jeunes), jouer les bourgeoises dans le quartier de Dongchu, manger comme une vache pour moins de 5 euros dans les « nights markets » de la capitale, ou encore faire du kayaking, de l’escalade, du surf rien qu’en prenant le métro ou le bus. Ce qui est spécial ici, c’est qu’une fois qu’on se lasse de la ville, la nature est juste à notre portée.

14. Qu’as-tu rapporté de ce pays ?

Alors, pas mal de choses en fait ! Des sacs, des accessoires, des vêtements, du matériel scolaire, de la papeterie, un tapis de yoga, un ballon de basket (c’est aussi le pays du basket), des bonbons japonais et des produits de médecine traditionnel chinoise !

15. Souhaites-tu retourner dans ce pays pour y vivre ?

Y vivre ? Oui, très certainement.

16. Des conseils pour les gens qui voudraient s’y expatrier ?

Si vous aimez la chaleur humide, les auréoles sous les aisselles, les mini shorts, les reptiles, les bestioles, les arcades, une vie à cent à l’heure, alors ce pays est fait pour vous ! Egalement, si vous êtes doués pour esquiver les scooters en traversant la rue, humble, bon-vivant et capable d’encaisser et de respecter le choc culturel chinois, alors je vous souhaite la bienvenue à Taiwan.

17. Quel est le budget moyen par mois en moyenne pour y vivre ?

Je ne repars plus et je ne vais nulle pars ailleurs ! Non, plus sérieusement, ce qui est génial à Taiwan, c’est sa géolocalisation : toute l’Asie est à ta portée à des prix très raisonnables. Je voudrais bien visiter Little India à Singapore, faire du cheval dans les plaines en Mongolie (et vivre dans des yourtes), visiter la Corée, le Japon et la Chine ! Des projets que je compte bien concrétiser.

18. Quelles sont tes prochaines destinations ?

Je vous invite à visiter mon blog pour savoir ce qui se trame à Taiwan ! 😉

Interview : Vivre à Taiwan
4.33 (86.67%) 3 votes