La marche est à l’origine du voyage. Elle permet aussi bien l’évasion du corps que de l’esprit.

Marcher requiert à la fois effort et patience, deux vertus trop souvent omises dans notre société obsédée par le confort et la performance. Randonner réveille ainsi en nous les sens primaires enfouis par la modernité de nos lieux de vie et d’existence. C’est un bienfait indescriptible que tout randonneur pourra reconnaître sans être à même de donner une explication tangible. Le but importe peu en réalité, mais la seule sensation de marcher dans la nature.. Seul… Vous permet de vous ressourcer et de goûter à un petit plaisir de la vie simple et délicieux.
Selon mon expérience personnelle, le vrai sens du voyage, et notamment du voyage à pied, est dans l’effort personnel, qui consiste à se mettre en harmonie avec le monde- la nature et les hommes. Elle oblige le marcheur à garder précieusement, en la renouvelant sans cesse, une faculté inestimable: l‘émerveillement constant face à la nature. Laissons l’ivresse de la marche nous emporter quelques instants… Direction l’Écosse 😉

The West Highland Way

Quand on pense à l’Écosse, notre esprit se laisse doucement bercer par les mythes et légendes des Highlands, on pense aux châteaux médiévaux qui jonchent les lochs aux eaux profondes, à ses paysages sauvages et à son air frais et vivifiant. Et si tout cela n’était pas qu’un mythe… L’Écosse dont les terres brumeuses et immaculées se situent au nord de la Grande-Bretagne, offre aux randonneurs écossais comme aux touristes des paysages à couper le souffle. Beaucoup de randonneurs rêvent de parcourir le célèbre West Highand Way qui relie Milngavie (près de
Glasgow) à Fort William. Cette marche d’une dizaine de jours (153km) est l’occasion de vagabonder à travers les montagnes, les lochs, les marécages dans une zone complètement sauvage où il est rare de croiser âme qui vive…

Quand partir

La meilleure période pour randonner dans le nord de l’Écosse se situe entre mai et septembre. Toutefois, attendez vous également à des averses en plein été et même à des chutes de neiges sur les sommets les plus hauts notamment si vous décidez de gravir le Ben Nevis, le plus haut sommet de Grande-Bretagne. En hiver, ce chemin de randonnée s’adresse à des marcheurs expérimentés, bien équipés contre les intempéries et la neige.

the west highland way

Équipement

Quelque soit la saison, n’oubliez pas de vous munir de bonnes chaussures, d’un sac de couchage bien chaud (le mien allait en dessous de -10° et croyez moi c’était parfait) si vous campez et de vêtements de pluie. Un petit conseil également, quoique l’on puisse en dire, ce chemin de randonnée est assez mal balisé sur certains tronçons, il est donc préférable de se munir d’une boussole, d’une carte et de vivres… Vous pouvez être ralentis pour n’importe quelle raison et être amenés à camper en pleine nature sans avoir la possibilité de rejoindre une ville ou un point de chute. Ce chemin parcourt des kilomètres de nature sauvage et déserte, loin de la civilisation… Donc soyez prévoyants !

Pensez à vous équiper contre les midges. En Écosse comme en Irlande, il peut arriver de faire de mauvaises rencontres… Les midges sont des petits moucherons particulièrement voraces. On les trouve le plus souvent près des lochs, les jours où le vent est casi inexistant, et ils sévissent plus particulièrement de juin à septembre donc pile pendant la saison touristique. Les lotions vendues en France ou sur place ne sont généralement pas efficaces. D’expérience, la seule potion qui m’a permise de les éloigner s’appelle Skin so Soft d’Avon. C’est une huile sèche pour le corps qui semble les repousser… Pendant un laps de temps. La fumée de cigarette les éloigne également. Dernière solution pour éviter de se faire piquer, se couvrir et se munir d’une moustiquaire individuelle que vous pourrez acheter sur place ou dans un magasin de camping. Dans tous les cas, les Midges ne sont pas un mythe alors un conseil… équipez-vous 😉

Le parcours

1er jour- de Milngavie à Drymen : +/- 19 km

Le West Highland Way commence près de Glasgow, à Milngavie (prononcé Mull-Guy). Il est très facile de rejoindre cette bourgade depuis Glasgow en prenant un bus près de la station de train.

West Highland Way

La première journée de marche est relativement facile. Le sentier est plat et traverse une campagne boisée, bordée d’étangs. Sur le chemin, vous aurez également l’occasion de visiter une distillerie ! Le Whisky étant à l’Écosse, ce que la vodka est à la Pologne 🙂

À noter que la nuit tombe assez vite en Écosse. Nous avons donc décidé ce jour là de camper à quelques kilomètres de Drymen pour éviter de marcher dans la pénombre.

2ème jour- de Drymen à Rowardennan : +/- 24 km

Le deuxième jour, parties de bon matin, nous arrivâme à Drymen en fin de matinée, charmant petit village où il est possible de prendre un petit-déjeûner. Je vous conseille de tester le « Scottish Breakfast » à base de haricots blancs, boudin, saucisse, bacon, oeuf au plat et galette de pomme de terre. Un régal et assez copieux pour vous caler jusqu’au goûter !

Cette journée de marche est un peu plus physique. Après être arrivées jusqu’au lac Lomond, connu pour ses nombreuses légendes, nous entreprenons l’escalade de Conic Hill.

the west highland way

Après une ascension assez périlleuse et épuisante, le jeu en vaut la chandelle. La vue d’en haut donne directement sur le lac Lomond et ses nombreuses petites îles vertes qui émaillent sa surface grise aux reflets métallisés.

the west highland way

Après Conic Hill, il y a plusieurs heures de marche avant de rejoindre Rowardennan, où vous pourrez vous reposer dans l’unique auberge de jeunesse des environs. Croyez-moi après une journée de marche sous la pluie, une bonne douche chaude et un lit douillet ne sont pas un luxe !!

N’hésitez pas à vous arrêter dans une auberge après avoir marché sous la pluie toute la journée, l’une des règles d’or des randonneurs est de toujours avoir des chaussures bien sèches et boire beaucoup d’eau pour éviter les tendinites qui risquent de vous ralentir !

3ème jour- Rowardennan à Inverarnan : +/- 23km

Une fois remises sur pied, après une nuit bien au chaud, nous repartons guillerettes sur la route. Le chemin qui relie Rowardennan à Inveraman longe un loch, mais ce sentier se révèle vite chaotique, jonchés de ravins, cascades et de roches à escalader !

En arrivant à Inveraman dans la soirée, nous campons près d’un lodge. Des douches sont à notre disposition ainsi qu’un séchoir et une machine à laver.

4ème jour- d’Inveraman à Tyndrum : + /- 19 km

Cette étape est relativement facile face aux deux jours précédents. L’itinéraire vous mène à travers les gorges de Falloch et vous fait traverser la forêt de Crianlarich. Avant d’arriver à Tyndrum, se dresse un camping à l’orée d’un bois où il est aussi possible de dormir dans des Bungalows.

5ème jour- de Tyndrum à Kinghouse : +/- 29Km

En vous levant assez tôt, vous pourrez rejoindre Bridge of Orchy en quelques heures. Alternative possible, prendre un bus afin d’écourter la randonnée de 10km. La journée est relativement facile. Quelques montées, mais rien de bien difficile. Cette journée vous fera passer par Rannoch Moor. Dépaysement assuré !!

the west highland way

Après une traversée fantasmagorique des landes, nous arrivons à Kingshouse. L’endroit est assez désert, seule trône une grande bâtisse blanche, au milieu de nulle part. Il est possible de camper ou de dormir dans l’unique hotel du coin. Après une dure journée de nouveau, nous nous laissons tenter par une douche bien chaude et un cheesecake au chocolat blanc… À recommander !!

A noter qu’au petit matin, si vous décidez de camper, vous aurez peut-être la chance d’être réveillés par des biches et leurs faons 🙂 Les randonneurs ont l’habitude de les voir au petit matin non loin des tentes…

the west highland way

6ème jour- de Kingshouse à Kinlochleven : +/- 15km

Le début de la journée commence avec « the Devil’s Staircase », l’éscalier du diable ! Cette montée d’une heure environ est marquée par des cairns durant toute l’ascension. Ces amas artificiel de pierres indiquent le plus souvent un chemin, un événement passé ou une tombe funéraire selon la tradition celtique.

7ème jour- de Kinlochleven à Fort William : +/- 22 km

De bon matin, nous entreprenons la dernière étape de notre randonnée afin de rejoindre Fort-William. Cette dernière traversée de l’écosse, nous amène à travers des bois durant une bonne partie de la journée. Le dénivelé n’est pas très haut et le soleil est au rendez-vous. Nous arrivons à Fort-William dans l’après-midi… Contentes de pouvoir enfin souffler et apprécier les charmes de la ville qui reste somme toute très touristique.

the west highland way

Pour les plus courageux…

Vous pouvez également tenter l’ascension du Ben Nevis (1343M) ! D’expérience, partez léger, avec un sac à dos, de l’eau et de quoi manger une fois arrivé au sommet. Il vous faudra entre 4 et 5H pour atteindre le sommet et plus ou moins 2H30 pour redescendre, mais tout dépend des conditions physiques de chacun. Bien que l’ascension du Ben Nevis est accessible à tous, il ne faut pas la prendre à la légère. Les chemins sont très caillouteux et accidentés , de bonnes chaussures sont nécessaires, des vêtements chauds et un coupe-vent sont requis également.

Pour l’hébergement, vous pouvez rester au Glen Nevis Caravan & camping park

the west highland way

Spécialités culinaires

Pour les estomacs solides, je vous recommande le Haggis. Ce plat typique de la gastronomie écossaise est cuisiné à base de panse de brebis farcie avec des oignons, de l’avoine, des épices et du sel. Le shortbread, sorte de biscuit sablé et fondant, et le fudge, type de caramel crémeux, sont aussi des sucreries typiquement écossaises. Un régal pour les papilles !!!

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter ce lien : http://www.west-highland-way.co.uk/

Convaincu ? N’hésitez pas à partir à l’aventure en Écosse ! En attendant, vous pouvez consulter nos autres destinations sur notre blog de voyages ! 🙂

Randonnée : the West Highland Way
4.67 (93.33%) 3 votes