Bienvenue dans la région la plus chaude du Sénégal, avec 43° d’avril à juin, le coin le plus torride d’Afrique subsaharienne avec Kayes au Mali

Le fleuve Sénégal,de la jungle à l’océan Atlantique en passant par le Sahara

Le fleuve Sénégal, long de 1700 kilometres, navigable sur certain tronçons, prend sa source en Guinée puis arrose le Mali, la Mauritanie et le Sénégal. Il sert ainsi de frontière entre ces deux derniers pays avant de se jeter dans l’océan Atlantique. Point de rencontre des populations du désert de Mauritanie, il a constitué pendant longtemps la voie d’accès principale vers l’intérieur des terres. Il irrigue des milliers d’hectares de terre, favorisant les cultures de riz, canne à sucre ou sorgho. Long et étroit, la vie environnante de ce fleuve saura vous emporter au temps de ces explorateurs et commerçants qui remonte des mangroves du delta jusqu’au coeur de la brousse au gré des moussons.

Itinéraire le long du fleuve Sénégal

Saint-Louis

Située à l’embouchure du fleuve, face à l’océan Atlantique, et une ville unique au charme provincial ou il fait bon flâner. Célèbre étape des navires européens de la traite, puis de l’aéropostale de Mermoz, l’île conserve merveilleusement bien son témoignage de son prestigieux passé. En effet, son exceptionnel héritage architectural colonial, lui a valu d’être classé au patrimoine mondial par l’UNESCO en 2000. Son nom lui fut donné en hommage au roi de france, Louis XIII. De nos jours, la ville n’est plus qu’une capitale régionale du pays mais son passé glorieux ressurgi aux détours des ses rues. Saint Louis trouve aujourd’hui une dimension internationale à travers de  nombreuses manifestations culturelles dont le premier festival de Jazz du continent. En plus de son patrimoine historique, Saint Louis bénéficie d’un environnement naturel exceptionnel. Non loin de la ville se trouvent deux parcs naturels eux aussi classés au patrimoine mondial par l’UNESCO.

Parc de la Langue de Barbarie

Isolée du continent depuis 2003, cette mince bande de terre s’étire entre l’océan et le fleuve Sénégal. C’est un sanctuaire protégé pour près de 140 espèces d’oiseaux, sédentaires ou migrateurs. La meilleure période d’observation est durant le mois de novembre et juin. On y observe également des tortues marines qui viennent pondre de juin à octobre. On y accède en pirogue depuis Gandiol.

Parc national du Djoudj

Le parc du Djoudj c’est 16 000 hectares de mangroves, et de lacs, ou nichent plus de 2 millions d’oiseaux migrateurs et sédentaires de quelques 350 espèces. Il constitue la troisième réserve ornithologique du monde. On le visite en pirogue ou en voiture, le parc est ouvert toute l’année mais la meilleure saison est de janvier à mars, période de nidification.

saint louis

Richard-Toll

C’est une petite ville à mi-chemin entre Saint Louis et Podor. La ville construite sur la rive gauche du fleuve, est aujourd’hui entourée de champs de cannes à sucre et de rizières. Son nom provient de Jean Michel Claude Richard, un botaniste français qui y créa une exploitation agricole, et du mot « toll » qui signifit  « jardin » en wolof. De nos jours, la ville vit au rythme de la Compagnie sucrière Sénégalaise,  qui cultive et exploite 9 000 hectares de canne à sucre.

La résidence du Baron Roger, une curiosité architecturale

Le baron Jacques Francois Roger qui fut gouverneur du Sénégal de 1822 à 1827, voulait une résidence à la hauteur de ses fonctions. Il se fit alors construire une résidence d’agrément au milieu d’un jardin tropical luxuriant conçu par Jean Michel Claude Richard. La résidence est maintenant une grande villa en ruine avec une façade monumentale, des colonnades, et dominé par une balustrade néoclassique, une folie telle qu’on l’entendait à l’époque. Après le départ du Baron, elle fut transformée en monastère puis en école. Faute de moyens, elle tomba peu à peu à l’abandon. Lors de la visite, attention à vos têtes, des milliers de chauve-souris ont élu domicile au plafond de la villa, notamment dans la cage d’escalier ….

Des milliers de chauve-souris ont élu domicile au plafond de la villa

richard toll

Podor

Situé à 215km à l’Est de Saint-Louis, cette petite ville sur la rive du fleuve constitue une des étapes les plus agréable du parcours. On peut y passer quelques jours à s’y promener, explorer les environs et à rencontrer ses habitants. Vous pourrez par exemple visiter le fort Faidherbe, qui constitue le monument majeur de la ville, mais aussi le marché, et les quais avec ses maisons coloniales qui témoignent de l’effervescence du commerce qui en a marqué l’histoire pendant près de deux siècles.

L’île à Morphil

C’est un territoire d’une centaine de kilomètres de long sur 20 de large, pris en écharpe entre le fleuve Sénégal et le Doué, l’un de ses bras. On y accède par une piste depuis Podor ou par des bacs depuis Ndioum. Il y a de nombreuses chose à voir sur l’île comme les mosquées Omariennes, et de nombreux petits villages avec leurs maisons en banco et leurs ruelles étroites. Au cours de votre visite, vous trouverez refuge sous les grands arbres sur la rive du fleuve, qui créent des espaces ombragés et frais, juste après une petite baignade. En effet,  avec 40 ° on comprend vite que le Sahel est aux portes de la ville !

Bakel

Bienvenue dans la région la plus chaude du Sénégal, avec 43° d’avril à juin, le coin le plus torride d’Afrique subsaharienne avec Kayes au Mali. La ville fut un important centre de transit des caravanes chargées de gomme arabique, d’ivoire et d’esclaves.En louant une pirogue, on peut remonter le fleuve à la découverte des villages soninké établis sur les rives. Leurs habitants descendent des souverains du Ouagadou, l’un des premiers grands empire africains. Comptez 20 000 F la pirogue et son piroguier pour 3h de promenade.

100 franc CFA = 0,15 €

frontière

Quels sont vos plus beaux souvenirs lors de votre découverte du fleuve Sénégal ? Avez vous réussi à apercevoir des hippopotames ? Est-ce qu’une telle destination vous intéresse pour un tour du monde ? Plus d’articles à découvrir sur notre blog voyage !

Pouvez-vous voter pour ce post?