Qui n’a pas rêvé de partir à la découverte de la Norvège ? Enora l’a fait et nous fait partager son aventure au pays des Fjords !

En vadrouille depuis début Février, ma cousine me fait rêver par ses statuts et ses photos sur Facebook. Après l’avoir déjà interviewé sur son année à étudier au Danemark, j’ai décidé de vous faire partager son aventure à travers cet interview ! 🙂

Interview : A la découverte de la Norvège !

Peux-tu te présenter ?

Roadtrip en NorvègeJe m’appelle Enora, je viens tout juste d’avoir 18 ans et après un an passé au Danemark et avec mon BAC en poche, j’ai décidé de poursuivre mon échappée scandinave en partant à l’aventure en Norvège. Ça fait maintenant 3 mois que je foule la terre viking, jonglant entre Wwoofing et Workaway (travaux bénévoles en échange du gîte et du couvert) avec une prédilection pour le nord du pays et le travail avec des chiens de traîneau.

Pourquoi ce pays, quelles étaient tes motivations ?

J’ai choisi la Norvège pour plusieurs raisons. Tout d’abord pour la langue, dont j’adore la sonorité (enfin tout dépend du dialecte et de l’accent, en fait) et que je comprenais déjà partiellement et souhaitais apprendre à parler. Ensuite, avez-vous déjà vu des photos de la Norvège ? Voilà, vous savez. Et finalement parce que je pense qu’il est temps pour moi de l’admettre…j’ai un gros faible pour la Scandinavie.

Tu es partie seule. Tu n’avais pas trop d’appréhension?

Pas vraiment en fait. La Norvège n’est après tout pas si loin de ma mère patrie et même si la faune – et les locaux – peut être hostile, le pays reste sûr.

Qu’as-tu visité de la Norvège ?

Hmm… laisse-moi réfléchir. J’ai plus ou moins parcouru le Nord en long, en large et en travers, ce qui inclut : le Varangerfjord, Kirkenes, Alta, le Nordkapp, le Smørfjord, Honninsvaag, Lillefjord, Havøysund et Tromsø. Plus au sud : Trondheim et les forêts environnantes, Samsjøen, Rorøs, Oversenget, Oslo, bien sûr et Bergen, brièvement. J’ai vu pléthore de paysages sublimes mais assez peu de lieux dits « touristiques » à vrai dire. Mais il me reste tout de même avant de partir à pouvoir cocher sur ma liste les îles Lofoten, Senja et les fjords du côté de Molde et Bergen.

Roadtrip en Norvège

Qu’y as-tu fait ?

Du traîneau, des ballades (avec ou sans chiens), des expéditions photo, des «cabin trips», des road trips, des pique-niques autour du feu, du camping, des baignades dans l’eau glacée. Pas mal d’activités d’extérieures et assez peu de tourisme citadin.

Les « cabin trips » sont très populaires en Norvège dans la mesure où la plupart des norvégiens possède une cabane familiale (et sinon, des cabanes sont disponibles un peu partout soit gratuitement, soit à louer). Le principe est de partir passer un weekend (ou plus) dans une cabane (en générale sans eau courante ni électricité) avec ses amis ou sa famille au milieu de nulle part pour se « ressourcer dans la nature » et aussi en général pour faire du ski (du moins l’hiver). C’est le pilier du concept du « koselig » (équivalent norvégien du « hygge » danois).

Peux-tu nous donner un peu plus de détails ?

  • Premier workaway : « au pair » dans une famille avec des enfants sur les rives du Varangerfjord à Varangerbotn, petit village (dans un région Sami) au milieu de rien à 125km de Kirkenes.
  • WWOOF dans un « kennel » de chiens de traîneau au milieu de la forêt à 40min de Trondheim. Je m’occupais des chiens et faisais des promenades dans la forêt avec eux (et du traîneau). J’aidais également le « musher », je m’occupais un peu de la maison, je faisais un peu la cuisine. La première semaine, j’étais avec une norvégienne, wwoofeuse qui m’a appris plein de choses utiles et de « life hacks ».
  • Deuxième workaway : dans un « kennel » vers Alta. Je bosse avec deux autres « backpakers » et je m’occupe notamment des chiens du musher le plus connu de Norvège (woohoo).

Quelles sont tes expériences inoubliables ?

Je vais sombrer dans le cliché mais … LES AURORES BOREALES ! Et puis aussi conduire un traîneau dans les montagnes avec le coucher de soleil en arrière-plan et dormir à la belle étoile avec un husky en guise d’oreiller. Assez simplement, une soirée passée à griller des marshmallows dans une cabane et une nuit à parcourir a forêt en quête d’élans à photographier (sans succès). Et évidemment entrent en compte une poignée de rencontres inoubliables.

Roadtrip en Norvège

As-tu eu l’occasion de rencontrer des saamis ?

Plein. Mais pas les Sámi tel qu’on se les imagine : nomades, vivant dans des tentes entourés de rennes, portant des vêtements colorés et gravant des manches de couteau en corne tout en grignotant de la viande d’élan séchée. La plupart des Sámi de nos jours sont indissociables du reste de la population norvégienne, bien qu’il soit vrai que beaucoup d’entre eux ont un rapport avec l’élevage des rennes et affectionnent la viande de renne séchée (et leurs couteaux sont cool). Sans oublier de mentionner qu’ils parlent leur propre langue, le sámi, un genre de variante incompréhensible du finnois.

Un budget particulier à prévoir ?

Tout dépend de la manière dont on souhaite voyager. Les prix en Norvège sont exorbitants, c’est un fait, donc je serais tentée de conseiller de prévoir un budget large. Mais je sais d’expérience qu’en baissant ses attentes un tantinet, il existe une multitude de moyens (autostop, camping sauvage, couchsurfing, dumpsterdiving…) de ne pas dépenser en Norvège plus d’argent que dans n’importe quel autre pays. Après, si se déplacer en stop ne vous inspire pas plus que ça, il est possible de trouver des vols low-cost tout à fait abordables, certains hôtels proposent des prix décents et pour ce qu’y est de la nourriture…non, désolée, même en ne choisissant que les premiers prix elle sera toujours outrageusement chère.

Le dumpsterdiving consiste à fouiller dans les poubelles des supérettes pour récupérer de la nourriture (ça sonne immonde mais ça ne l’est pas tant que ça en réalité). Nous nous nourrissions presque exclusivement par ce biais quand je vivais vers Trondheim et c’est vraiment un concept sympa, ça permet d’économiser beaucoup d’argent, de varier son alimentation (et d’innover du point de vue cuisine) et de combattre la société de consommation, yay! 😀

Roadtrip en Norvège

Des conseils à donner ? Notamment vis-à-vis de l’équipement pour l’hiver ?

Pour l’hiver, un mot : laine. Rien n’isole mieux que la laine. Après, à moins d’être prêt à dépenser son salaire des six derniers mois dans une paire de chaussure, un manteau et des moufles, évitez les magasins de sport norvégiens pour vous équiper. Ce qui vous laisse deux choix : soit vous décidez de vous équiper chez vous, soit vous allez faire un tour chez Fretex (l’équivalent norvégien d’Emmaüs) ou sur Finn.no (le bon coin norvégien). Pour ce qui est du sac de couchage : pas d’alternative, si on en veut un chaud, il faut investir.

En espérant que cette interview vous aura donné envie de partir à la découverte de ce magnifique pays ! Vous pouvez également consulter les autres articles de notre blog voyage 🙂

Interview : Roadtrip en Norvège !
5 (100%) 2 votes