Qui dit New-York dit ville qui ne dort jamais. Qui dit New-York dit Broadway, Times Square, Central Park, la Statue de la Liberté. Qui dit New-York dit aussi Gospel. Ce dimanche 11 octobre, j’ai eu l’occasion de me rendre au tout premier Gospel de ma vie. Et j’ai pris une énorme claque.

Une histoire de Gospel à Brooklyn

Vous le savez déjà, je suis parti vivre à New-York pour de nombreuses raisons, la principale étant que je souhaite découvrir la véritable New-York, celle qui n’est pas forcément connue des visiteurs. Un gospel faisait donc partie de ma longue liste de choses à faire en tant que New-Yorker.

Je vous parle du vrai gospel, celui ou je vais être le seul étranger, le seul mec perdu au milieu de tous dans une église belle et intime. Ce lieu, je l’ai trouvé. Et je me dois de vous en parler.


L’église en question se situe au milieu de Brooklyn, à proximité de l’arrêt Bedford – Nostrand Ave (ligne G). La messe débute tous les dimanche à la même heure, 10h. N’habitant qu’à une vingtaine de minutes à pied de l’église, je me suis empressé de partir à la rencontre de cette expérience inédite et de ne pas arriver en retard.

Au final, je ne savais même pas vraiment à quoi m’attendre. J’ai bien sûr entendu parler de chants, de bonnes energies, de paroles positives, … Bref, je m’attendais un peu à ca:

Je suis arrivé juste à l’heure. Et j’ai tout de suite compris que j’allais vivre une experience extraordinaire. Si vous pensiez qu’un gospel n’était pas une chose à faire lors d’un séjour à New-York, vous vous trompez.

J’ai pourtant vu de très nombreux lieux touristiques lors de mes précédentes venues dans la grosse pomme (de l’Empire State jusqu’à la Statue de la Liberté, sans oublier le Top of the Rock, … voir l’article que faire à New-York et acheter un CityPass), je ne peux dire qu’une chose : Faites d’un gospel une de vos priorités.

Photo de l'eglise trouvée sur le web

Photo de l’eglise trouvée sur le web

Me voici donc ici, assis, seul, sur un immense banc au milieu d’une église remplie d’une bonne centaine de locaux, tous d’origine afro-américaine. Les chants débutent, les applaudissements des fidèles aussi. Très vite, une dame d’une cinquantaine d’années va venir s’assoir à côté de moi. Elle s’appelle Thelma, et engage la discussion avec moi:

  • Where are you from?
  • From France!
  • Wooooow, so good to see you! You are the first french person I see here. Let’s pray together.

Elle me prend alors la main et m’emmène auprès d’un autre groupe de personnes, toutes levées, les mains tenues. Je lui demande alors si je dois prendre la main du monsieur à ma droite, mais il le fit pour moi des qu’il me vit arriver.

Nous étions tous la, mains tenues, à écouter les puissantes paroles du pasteur. Des « Oh yes » venaient de partout dans la salle lors du discours. Les gens étaient comme en transe, transportés par le discours du protagoniste principal. Thelma fermait les yeux, j’avais l’impression de la connaitre depuis 10 ans en la voyant me tenir la main et prier de cette façon. C’était vraiment puissant. Ce moment n’aura duré qu’une dizaine de minutes, mais il m’a vraiment marqué pour un bout de temps.

Le discours terminé, les chants ont alors repris, et il était temps pour moi & Thelma de revenir à notre banc.

  • Do you go to church in France?
  • Not really, it’s really not the same at all in my country… (en même temps, quand je vois que l’église où je me situe a un site Internet, une page Facebook et même un compte Twitter, ce n’est même plus un monde d’écart que l’on peut trouver entre nos styles de paroisses mais un océan abyssal)
  • Oh, I see. Then give me your email, we’ll always be in touch!

Je lui donne volontiers. La messe passe à une vitesse affolante, et durera tout de même 2 heures. Chants, accolades, on demande même aux nouveaux venus de se lever à un moment. Thelma me regarde avec un sourire malicieux et me fait comprendre que j’ai bien intérêt à me lever. Ca tombe bien, je suis le seul à le faire, étant le seul nouveau dans la salle. Tout le monde se retourne, me regarde, et je me alors fais applaudir et remercier pour ma venue. Une claque. Je me suis quand même senti très observé jusqu’à la fin de la messe.

En résumé, un gospel, c’est un ascenseur émotionnel d’une puissance inouïe. Vous n’irez pas à un gospel pour prendre des photos ou des videos, puisque cela est plus ou moins interdit. Vous irez à un gospel pour vibrer, découvrir un monde totalement différent de celui que l’on connait en France. D’un point de vue personnel, cette experience a été si marquante que je compte bien retourner des dimanche visiter un nouvel endroit. Une église dont Thelma m’a dit beaucoup de bien. Comptez sur moi pour vous en donner des nouvelles!

Pour découvrir cette expérience :

  • Se rendre à l’adresse 833 Gardner C. Taylor Boulevard, Brooklyn
  • Le dimanche matin à 10h
  • Compter env. 2h de messe

N’oubliez pas de me suivre sur les réseaux sociaux pour la suite de mes aventures : ID Snapchat & Instagram : afrenchtraveler, Facebook : votretourdumonde, Youtube : votretourdumonde.

Une histoire de Gospel
4.88 (97.5%) 8 votes