Découvrez le Danemark au travers du regard d’une voyageuse y ayant séjourné et étudier un an !

L’interview hebdomadaire devient une véritable tradition pour Votre Tour du Monde. Tous les lundis, nous publions en effet une interview de personnes comme vous, qui sont simplement passionnées de voyage. Vous souhaitez aussi répondre à nos questions pour faire voyager virtuellement des milliers de personnes ? Rien de plus simple, écrivez-nous via le formulaire « Contact » en haut du site !

Etudier au Danemark !

Enora a fait le choix l’année dernière de partir étudier au Danemark par le biais d’une association au lieu d’attaquer une année de terminale comme tous les autres lycéens de son âge. Découvrez son impression sur ce pays grâce à cette interview !

Année scolaire au Danemark1. Qui es-tu ? Que fais-tu ?

Je m’appelle Enora, j’ai 17 ans. Je viens tout juste d’obtenir mon Bac après mon retour du Danemark et pour l’instant je cherche un travail à mi-temps pour réunir suffisamment d’argent pour pouvoir repartir en Scandinavie.

 

 

2. Décris-nous en quelques phrases le pays dans lequel tu as vécu.

J’ai vécu au Danemark qui est un petit pays peuplé de grands blonds aux yeux bleus (véridique) principalement connu à l’étranger pour être la mère patrie des LEGO et d’Hans-Christian Andersen. C’est un pays où le plus infime monticule de boue est appelé montagne (le plus haut sommet n’atteint pas les 150 mètres); où à peine sont-ils assurés sur leurs deux jambes qu’on assoit les enfants sur une selle de vélo; où le moyen le plus sûr de se faire traiter de tous les noms est de poser le pied sur une piste cyclable et où tout prétexte est bon pour faire des gâteaux. Concernant les dits blonds aux yeux bleus, on est bien loin des vikings sanguinaires : les danois sont des gens gentils et pacifistes aimant à profiter des plaisirs simples de la vie (d’où le « hygge«  qui est la base de la culture danoise), manger sainement, respecter l’environnement et boire de la Tuborg autour de quelques saucisses grillées.

3. Pourquoi as-tu choisi ce pays ? Quelles étaient tes motivations ?

Tout d’abord, je voulais partir dans un pays qui m’offrirait la possibilité d’apprendre deux langues (anglais plus la langue du pays). Et étant donné le niveau des Scandinaves en anglais, le choix me semblait aller de soi. Mais pourquoi le Danemark plutôt que, par exemple, la Norvège ou l’Islande (qui, avouons-le, peuvent sembler plus attrayant du point de vue des paysages ou même de la langue) ? Déjà parce que le Danemark est connu pour être le « pays le plus heureux du monde » avec un peuple simple et très ouvert, ensuite, parce que le Danemark est le pays Scandinave où la vie est la moins chère et finalement parce qu’on y mange définitivement mieux qu’en Suède/Norvège (pardon…).

4. Es-tu parti seule ou avec des amis ?

Je suis partie seule et ai vécu dans une famille d’accueil.

5. As-tu vécu un choc de culture important ?

Comme on peut s’y attendre en choisissant un pays si proche géographiquement de sa terre natale, il serait difficile de parler de « choc » culturel.
Néanmoins, comme dans tout pays étranger, on doit en tant que nouveau venu faire face à certaines habitudes locales qui peuvent surprendre. Pour donner quelques exemples, en premier lieu, on peut mentionner la « discipline » danoise (on ne traverse qu’une fois que le petit bonhomme est passé au vert – même à trois heures du matin lorsque la rue est déserte -, on respecte scrupuleusement les règles, on ne marche jamais ô grand jamais sur la piste cyclable…) qui dans un premier temps peut sembler troublante, voire gênante, mais qu’on vient à regretter en foulant à nouveau le sol français…
Ensuite, la présence de drapeau danois partout (dans les jardins, sur les gâteaux d’anniversaire…) qui pour un non-initié peut aisément être interprété comme une manifestation de nationalisme. En outre, il n’en est rien : les danois associe leur drapeau à un symbole de joie et non à l’exacerbation d’une quelconque fierté nationale. Aussi, je ne peux faire abstraction de l’importance du vélo dans la culture danoise. Tout le monde se déplace en vélo; il y a des pistes cyclables partout, pire qu’au Pays-Bas. Et finalement, l’importance des traditions : les danois ont une multitude de célébrations, des jours saints en passant par le folklore nordique et presque toutes impliques des gâteaux ou de la nourriture en abondance.

ANN2E SCOLAIRE AU dANEMARK

6. As-tu facilement réussi à t’intégrer parmi les locaux ?

Tout d’abord, je tiens à signifier que les danois sont des gens charmants et moins froids et distants que ce que l’on veut nous faire croire mais, de là à dire que je me suis intégrée facilement…. Le peuple danois est globalement très ouvert, ils (majoritairement) ne jugent pas les gens sur leur apparence, leurs idéologies, etc. mais ils sont très timides et terrifiés à l’idée de franchir la limite de l’espace personnel et privé de leur interlocuteur. Ce qui ne facilite pas le contact et peut les faire sembler froids. Mais, comme un ami m’a dit très justement, les danois sont comme des noix de coco : ils paraissent durs mais, une fois que l’on à réussi à briser leur coquille, ils se révèlent très doux à l’intérieur. Une fois qu’on a réussi à atteindre leur sphère privée, on a gagné un ami pour la vie.

7. Qu’en est-il au niveau de la langue du pays ? Apprentissage difficile ?

Eh bien, la légende raconte que le danois est l’une des langues les plus difficiles à apprendre au monde. Honnêtement, je n’y crois pas. Evidemment, il n’est pas aisé (surtout si sa langue natale est une langue romane) de se familiariser avec le danois : nous n’avons pour ainsi dire aucune racine étymologique commune. Cependant, la grammaire est simplissime et avec quelques notions d’anglais ou d’allemand, on peut reconnaître beaucoup de mots. La partie la plus difficile est la prononciation. Les autres scandinaves (dont la langue est relativement proche du danois) ont coutume de dire que le danois ressemble à du suédois/norvégien parlé avec une patate chaude dans la bouche. Malgré le côté humoristique de l’anecdote, elle reflète assez bien la réalité (en témoigne la phrase que les danois aiment faire répéter aux étrangers « rødgrød med fløde » qui est une sorte de purée de fruits rouges à la crème)…
Le deuxième problème réside en la facilité des danois à parler anglais : il est tellement plus facile pour eux de passer à l’anglais et tellement dur pour vous de vous faire comprendre en danois du premier coup qu’il devient ardu de se lancer à parler danois tout le temps. Il est malgré tout facile du moins envisageable d’apprendre le danois. Tout est question de motivation.

8. As-tu fait quelque chose dans ce pays que tu n’avais jamais fait auparavant ?

Tellement de choses….me baigner dans la Baltique en hiver, participer à un bal de promo, faire la fête au lycée et danser avec mes profs, voir la mer gelée… Sans oublier l’autorisation de manger et d’utiliser son portable et son ordinateur portable (connectés à la wifi) en cours !

9. Quel est ton meilleur souvenir ?

Mon anniversaire, avec tous mes camarades de classe, et avec ma famille d’accueil qui est venue me réveiller à 06h45 en chantant et en agitant des bougies et des drapeaux danois avant de couvrir mon lit de paquets cadeaux.

année scolaire au Danemark

10. De la même manière, le pire ?

Je dirais rester coincée dans une gare routière toute la nuit en plein hiver à cause d’un blizzard ayant rendu la circulation des bus impossible.

11. Qu’en est-il de la gastronomie ?

Deux mots : pommes-de-terre et porc. A toutes les sauces. Bon, j’exagère mais les pommes-de-terre et le porc sont la base de l’alimentation avec le choux et le sild (hareng). Certes on ne retrouve pas au Danemark la richesse culinaire française mais on y mange bien et beaucoup.
Pour donner quelques exemples de plats typiques je pourrais citer les friakadeller (c’est à la base des boulettes de viandes mais c’est franchement meilleur que ce que leur nom laisse augurer), le ris a la mande (un dessert à base de riz-au-lait mélangé à de la crème fouettée aromatisée à la vanille et à des amandes concassées, le tout arrosé de sauce à la cerise), le flæskesteg (la version danoise du rôti de porc recouvert d’une croûte caramélisée), le rødkål (choux rouge cuisiné)…Sans parler de la pâtisserie (droemmekage, gulerodskage, kransekage, cremebolle….).

12. Quel moment t’a le plus marqué pendant ton séjour ?

Sans hésitation : Noël. Noël qui commence fin novembre et se termine fin janvier, plein de traditions (les danois sont très attachés à leurs traditions), de gâteaux et de Julefrokost (buffet de noël).

13. Quels sites et villes marquants as-tu eu l’occasion de visiter pendant ton séjour ?

Dans le Sjealland (île danoise), Copenhague, bien sûr, avec Nyhavn, la Petite Sirène, Tivoli, Christiania…et Roskilde, connue pour son festival, qui est une très jolie petite ville. Sur Fyn (île située entre le Jylland et le Sjealland), Odense, ville natale d’Andersen, pour laquelle j’ai un faible. Dans le Jylland (presqu’île rattachée à l’Allemagne), où j’ai vécu, Aarhus (la deuxième plus grande ville du Danemark), sa vielle ville et son fameux musée d’art contemporain, Aalborg, la meilleure ville pour faire la fête, Loenstrup, une petite ville côtière, Svenstrup, sa plage et sa forêt et Skagen, le point où la mer Baltique et la mer du Nord se rejoignent.

Année scolaire au danemark

14. Qu’as-tu rapporté de ce pays ?

Principalement des produits comestibles : du chocolat, des sucreries, des bonbons à la réglisse salée (la friandise typique que les danois donnent aux étrangers pour les dégoûter sauf que, pas de chance, j’adore ça), des boissons sucrées faiblement alcoolisées (Somersby, Mokaï, Tempt…), de l’Aqvavit d’Aalborg, du Små Blå (de l’alcool de réglisse), du Mathilde (boisson chocolatée) et de la Remoulade (un genre de mayonnaise danoise).
J’ai également ramené des couronnes danoises, une pierre trouée ramassée sur la plage de Skagen dont j’ai fait un pendentif et plein d’excellents souvenirs.

15. Souhaites-tu retourner dans ce pays ou même y vivre ?

Je souhaite y retourner le plus vite possible. Y vivre ? Pour quelques temps pourquoi pas.

16. Des conseils pour des gens qui voudraient s’y expatrier ?

Ne jamais marcher sur la piste cyclable (surtout à Copenhague), ne jamais confondre un danois avec un suédois. Savoir parler anglais est également très utile.

17. Quel est le budget moyen par mois en moyenne pour y vivre ?

Tout dépend où l’on souhaite vivre. Je dirais qu’avec 2000 euros par mois on vit sans problème. A noter que le taux de chômage est très faible, ce qui sous entend qu’il est relativement facile de trouver un emploi et que les salaires sont plus élevés qu’en France.

Année scolaire  au Danemark

18. Quelles sont tes prochaines destinations ?

Le Danemark à nouveau, la Norvège, l’Islande sans doute et le Brésil.

Tout comme Enora vous voulez partir à l’étranger ? N’hésitez pas à consulter les nombreux articles de notre blog voyage !

Pouvez-vous voter pour ce post?